Grenoble: Les habitants de la Villeneuve attaquent en justice France Télévisions

A Grenoble, Manuel Pavard
— 
La galerie de l'Arlequin, à la Villeneuve, où a eu lieu le tournage d'Envoyé Spécial, au début de l'année 2013. 
La galerie de l'Arlequin, à la Villeneuve, où a eu lieu le tournage d'Envoyé Spécial, au début de l'année 2013.  — M. Pavard/Pleins Titres/20 Minutes

C’est une première en France. Jeudi, le tribunal de grande instance de Grenoble accueillera l’audience pour diffamation opposant l’association des habitants de la crique sud au PDG de France Télévisions, Rémy Pfimlin. L’objet du litige: la diffusion sur France 2, le 26 septembre 2013, dans Envoyé Spécial, du reportage «La Villeneuve: le rêve brisé».

«Les gens se sont sentis insultés et manipulés»

Sur un ton anxiogène, la journaliste dépeint un quartier rongé par la violence, la misère et les trafics en tous genres. Pour les habitants de la Villeneuve, c’est la douche froide! «Les gens se sont sentis insultés et manipulés», affirme l’un d’eux, citant en exemple «la scène où un jeune tire plusieurs fois sur un panneau. C’est la journaliste qui l’a incité à le faire et elle en tire une généralité. Elle a coupé au montage tous les éléments positifs qui, de toute façon, ne l’intéressaient pas.»

Pour Pauline Damiano, présidente de l’association des habitants de la crique sud, «elle a trahi notre confiance et n’a gardé que ce qui est charge. En voyant le reportage, on a été atterré par l’image malhonnête et dramatique donnée du quartier. On a l’impression qu’en y rentrant, on va se faire agresser, que les jeunes sont tous des voyous et que les gens honnêtes n’ont plus qu’à se terrer chez eux.»

Une souscription pour payer les frais de justice

Dès le lendemain de la diffusion, la population de la Villeneuve se mobilise tandis que les élus locaux montent au créneau. «On a demandé un droit de réponse à France Télévisions et Envoyé Spécial, explique Pauline Damiano. On s’en serait satisfait mais l’absence de réponse nous a amenés à avoir une démarche une justice.» Soutenue par la centaine d’associations du quartier, l’association des habitants de la crique sud prend alors les choses en main. «On agit au nom de tous les habitants et on a conservé notre indépendance en payant les frais de justice grâce à une souscription qui a permis de récolter 6000 euros.»

La procédure de citation directe ne permettant pas d’attaquer l’ambiance générale, les parties civiles poursuivent certains propos précis du reportage, qu’elles jugent faux et diffamatoires. Elles s’appuieront aussi sur l’avis du CSA, qui «considère que la chaîne a manqué aux obligations déontologiques» et «déplore que seuls les aspects négatifs du quartier aient été mis en avant, stigmatisant l’ensemble du quartier de la Villeneuve».

«Reconnaître que le reportage nous a porté préjudice»

Objectif, selon Pauline Damiano: «Interpeller les médias - en particulier la télévision - sur l’impact de ce qu’ils peuvent véhiculer et sur la façon dont ils traitent les quartiers. On aimerait voir le procès reconnaître que le reportage nous a porté préjudice. En 25 minutes, elle a réussi à bousiller un travail associatif de plusieurs années.» Ilies*, un résident, abonde dans son sens: «Il y a 12.000 habitants à la Villeneuve mais l’émission les présente comme un seul bloc. Les gens de l’extérieur avaient déjà souvent une mauvaise image du quartier, ça ne s’est pas arrangé depuis.»

Contactée, France Télévisions n’a pas souhaité commenter l’affaire: «Nous sommes toujours sur la même ligne. Un contentieux est en cours, il n’y aura aucune prise de parole tant que le jugement ne sera pas rendu.»

*Le prénom a été modifié.