Meurthe-et-Moselle: Le crash d'un Mirage était dû à un «incident technique», selon l'armée

DEFENSE C'est la troisième perte de la base de Luxeuil en trois ans...

20 Minutes avec AFP
— 
Un Mirage 2000 en novembre 2013 à Dubai.
Un Mirage 2000 en novembre 2013 à Dubai. — Cui Xinyu/CHINE NOUVELLE/SIPA

Le crash d'un Mirage 2000 survenu lundi en Meurthe-et-Moselle, duquel le pilote a survécu en s'éjectant, est «selon toute vraisemblance dû à un incident technique», a indiqué mercredi un porte-parole de l'armée.

«Selon toute vraisemblance, il s'agit d'un incident technique, dont la nature n'est pas encore connue, et qui a contraint le pilote à s'éjecter», a déclaré à l'AFP un porte-parole du service d'information des armées, le capitaine Pierre Couillot.

Le pilote, décrit comme «particulièrement expérimenté et qualifié», est rentré à son domicile mardi après-midi, après une courte hospitalisation, et «il se porte bien», a précisé le capitaine Couillot.

Pas de victime

Les enregistreurs de vol ont été retrouvés sur les lieux du crash, sur la commune des Baroches, dans une zone inhabitée. Aucune victime n'a été déplorée.

«Actuellement, des opérations de recouvrement de l'épave sont toujours en cours. La zone est sécurisée, l'enquête judiciaire se poursui», a ajouté le porte-parole.

Le pilote, à bord d'un Mirage 2000-5F, effectuait une mission d'entraînement en patrouille. «L'incident s'est produit au cours d'une phase de vol standard. Il ne s'agissait pas d'un passage de haute intensité», a souligné le capitaine Couillot.

«Causes différentes»

Il venait de l'escadron de chasse 1/2 «Cigognes» de la base aérienne 116 «Lieutenant-colonel Papin» de Luxeuil, pour laquelle il s'agit de la troisième perte de Mirage depuis 2012.

«Il ne s'agit pas d'une série noire. Les causes sont complètement différentes, il n'y a pas de défaut de fabrication», a souligné le porte-parole.

L'armée française compte plus de 300 appareils de ce type. Une quinzaine de Mirage se sont écrasés depuis le début des années 1990, principalement lors de missions d'entraînement.