Crash du vol Rio-Paris: «On a l’impression qu’Airbus est intouchable !»

INTERVIEW Présidente de l’association AF 447 en mémoire des victimes du crash Rio-Paris, Danièle Lamy accueille avec beaucoup de prudence le dernier rapport de contre-expertise qui pointe la responsabilité de l’équipage…

Vincent Vantighem

— 

Les restes de l'A330 d'Air France qui reliait Rio à Paris et qui s'est crashé le 14 juin 2009.
Les restes de l'A330 d'Air France qui reliait Rio à Paris et qui s'est crashé le 14 juin 2009. — EVARISTO SA / AFP

La catastrophe est due à «une réaction inappropriée de l’équipage après la perte momentanée des indications de vitesse.» Danièle Lamy a beau relire la phrase depuis mardi, elle préfère rester extrêmement prudente après la divulgation des conclusions d’un nouveau rapport de contre-expertise qui pointe surtout la responsabilité des pilotes dans le crash Rio-Paris. La présidente de l’association de victimes AF 447 explique à 20 Minutes pourquoi.

Avez-vous pu échanger avec les autres familles de victimes au sujet de ce rapport?
Oui, nous en avons discuté avec les membres du Conseil d’administration depuis hier [mardi]. Nous sommes d’accord pour dire qu’il ne faut pas se précipiter. Le rapport fait 120 pages. Et pour l’instant, nous ne connaissons que les deux pages de conclusions.

>> Les Faits: Un nouveau rapport pointe l’équipage du doigt

Celles-ci pointent du doigt la responsabilité de l’équipage dans le crash…
Je préfère rester vigilante sur ce point. Je trouve cela étrange que les experts ne mentionnent pas le défaut des sondes Pitot dans leurs conclusions. Nous savons d’ores et déjà que les trois sondes ont connu un défaut de fonctionnement. Alors certes, les pilotes n’ont pas eu le comportement adéquat. Mais la question, c’est surtout de savoir s’ils pouvaient adopter un comportement différent en raison des problèmes techniques.

C’est-à-dire…
En France, si les freins d’une voiture lâchent, on dit que l’accident est dû aux freins. Mais si les sondes Pitot lâchent dans un avion, on dit que le crash est dû aux pilotes…

>> A Relire: La chronologie des faits

Les conclusions font tout de même état de causes multiples…
Oui, les causes sont multiples. Je regrette donc que depuis hier [mardi] les médias ne retiennent que la prétendue responsabilité des pilotes dans leurs articles. On a l’impression qu’Airbus est devenu intouchable du jour au lendemain.

Vous avez l’impression que rapport de contre-expertise exonère Airbus de toute responsabilité?
Je n’ai pas prononcé cette phrase. Mais je ne vais pas la démentir non plus.