Les actes homophobes ont flambé de 78% en 2013 selon SOS Homophobie

SOCIETE L’association qui a recensé les signalements des victimes estime que les débats autour du mariage pour tous ont libéré la «parole homophobe»…

Vincent Vantighem

— 

Pour Frigide Barjot, chef de file des opposants, il s'agit d'une "provocation" et d'un "changement de civilisation". Son collectif de "La Manif pour tous", qui a organisé plusieurs manifestations depuis novembre 2012, a appelé à un nouveau rassemblement national le 26 mai.
Pour Frigide Barjot, chef de file des opposants, il s'agit d'une "provocation" et d'un "changement de civilisation". Son collectif de "La Manif pour tous", qui a organisé plusieurs manifestations depuis novembre 2012, a appelé à un nouveau rassemblement national le 26 mai. — Martin Bureau AFP

Pour Etienne, c’était en cours lorsque son professeur s’est réjoui de pouvoir bientôt se «marier avec [son] chien». Hélène, elle, l’a subie dans les rues de Lyon quand des militants de la «Manif pour tous» l’ont suivi en criant «C’est un mec, travelo, PD, va te pendre, dégénéré!» De son côté, Elodie a vu ses parents se retourner contre elle quand ils lui ont demandé de ne pas venir à l’anniversaire de sa sœur afin de ne pas «attiser les débats».

40 % de signalements lors des mois de Manif pour tous

L’homophobie a fortement progressé en France d’après le rapport annuel que l’association SOS Homophobie va dévoiler ce mercredi matin. D'après elle, avec 3.517 témoignages de victimes enregistrés en 2013, les actes homophobes ont crû de 78 % par rapport à 2012. «Les mois de janvier, avril et mai au cours desquels ont eu lieu les Manifs pour tous concentrent 40 % des témoignages reçus par nos services», indique à 20 Minutes Yohann Roszéwitch, le président de SOS Homophobie.

>> Témoignage: «Ils nous ont massacrés parce qu’on était de ‘‘sales PD’’»

«Certaines personnalités politiques n’ont pas hésité à avoir des positions très dures, poursuit-il. Cela a donc contribué à libérer la parole homophobe…» Et pas que la parole. Comme Jean-Pierre, qui a raconté à 20 Minutes l’agression qu’il a subie, plus de 200 personnes ont été victimes de violences physiques en raison de leur orientation sexuelle en 2013, toujours selon le rapport. Ces agressions sont en hausse de 54 % par rapport à 2012. «Un simple geste d’affection dans la rue peut aujourd’hui déclencher un torrent de violences», en conclut le président de l’association.

Les signalements sur Internet en hausse de 162 %

Autre phénomène inquiétant: Internet est devenu un véritable exutoire pour les homophobes de tout poil. La moitié des signalements de victimes (1.723 exactement) concernent des insultes reçues sur la toile. Soit une hausse de 162% par rapport à 2012.

>> Témoignages: Un an après la loi, ils dressent le bilan

Sans surprise, les réseaux sociaux s’affichent comme de véritables vecteurs de l’homophobie ambiante. Notamment Twitter sur lequel plusieurs mot-dièse -#IlFautTuerLesHomosexuels, #LesGaysdoiventdisparaîtrecar- ont permis aux plus virulents de se retrouver afin de déverser leurs torrents de haine.

A la machine à café ou au repas de famille

«L’homophobie fait maintenant partie du climat ambiant, déplore Yohann Roszéwitch. On la rencontre le lundi matin à la machine à café, le soir dans la rue et le dimanche midi lors des repas de famille.»

Pour autant, sa montée aura au moins permis aux victimes de se faire connaître. «La loi pour le mariage pour tous a libéré la parole homophobe mais aussi celle des victimes, poursuit le président de l’association. Maintenant, elles n’hésitent plus à dénoncer les faits…» Cela serait encore mieux qu’elles n’aient pas à le faire.