Coup de fillet anti-djihadiste à Strasbourg: Six personnes interpellées

TERRORISME Elles sont soupçonnées d'être allées en Syrie en décembre...

Alexia Ighirri

— 

L'opération policière anti-jihadiste a été menée dans le quartier populaire de la Meinau, au sud de Strasbourg, le 13 mai 2014
L'opération policière anti-jihadiste a été menée dans le quartier populaire de la Meinau, au sud de Strasbourg, le 13 mai 2014 — G. Varela / 20 Minutes

Ce mardi matin, une opération policière anti-djihadiste a été menée dans le quartier populaire de la Meinau, au sud de Strasbourg. Six personnes soupçonnées de s'être rendues récemment en Syrie fin 2013 (en passant par Francfort et la Turquie) pour rejoindre les rangs des rebelles ont été interpellées et placées en garde à vue, a précisé le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, qui a pris la parole après 9h du matin, confirmant ainsi une information d’Europe 1.

L’opération, menée par la nouvelle Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) appuyée par le Raid, qui avait débuté à 6h du matin devant une barre d'immeubles de la rue de Provence, se terminait. Les policiers d'élite ont tiré des grenades, à titre de sommation, avant d'entrer dans plusieurs logements, annonce France Bleu Alsace.

Climat hostile

Selon notre journaliste sur place, un homme a encore été interpellé par la police vers 9h 30 après que le Raid ait fouillé les caves du bâtiment. Le tout sous les yeux de nombreux voisins à leurs fenêtres ou à proximité de bâtiment occupé par la police, dans un climat hostile où les insultes fusaient notamment à l’encontre des médias.

Selon des informations recueillies par les Dernières Nouvelles d’Alsace, l’opération a été lancée dans différents quartiers de la ville ce mardi à 6h du matin. Probablement à l’Elsau. Selon un internaute qui a adressé un message au quotidien alsacien, une opération de police du même type est également menée ce matin à Bischheim.

Endoctrinement djihadiste

Cette opération policière est, selon le ministre de l’Intérieur, «une nouvelle démonstration de la détermination totale du gouvernement à lutter de toutes ses forces contre le terrorisme et l'embrigadement des jeunes dans la radicalisation violente».

Lors d’un rassemblement organisé à la Meinau par un collectif d’associations et d’habitants de Strasbourg début février, après le départ pour la Syrie d'une douzaine de jeunes de ce quartier et deux morts, plusieurs dizaines de personnes s’étaient réunies pour dénoncer l’endoctrinement djihadiste avec pour mot d'ordre «Ne touchez pas à nos jeunes!» sur une banderole. «Si nous sommes là aujourd'hui, c'est parce que des enfants ont été trompés, des familles ont été brisées, toute une ville a été traumatisée», avait alors déclaré Mohamed Benanouz, le porte-parole du collectif d'associations à l'origine du rassemblement.