Festival de Cannes J-1: la Croisette à l'heure de Grace

© 2014 AFP

— 

L'affiche du 67e Festival de cinéma le 12 mai 2014 sur la Croisette à Cannes
L'affiche du 67e Festival de cinéma le 12 mai 2014 sur la Croisette à Cannes — Loic Venance AFP

Le glamour glacé de Nicole Kidman, tête d'affiche du polémique «Grace of Monaco», et les gros bras de Stallone, Gibson et autres «Expandables» sont impatiemment attendus sur la Croisette, où des milliers de petites mains s'affairent mardi pour les derniers préparatifs du 67e Festival de Cannes.

Le «biopic» déjà controversé d'Olivier Dahan consacré à la princesse Grace fera l'ouverture mercredi du plus grand rendez-vous mondial du 7e art, en présence de l'actrice australienne, mais sans la famille Grimaldi qui a déploré, sans avoir vu le film, «que son histoire ait fait l'objet d'un détournement à des fins purement commerciales». Le réalisateur de «La môme», en conflit également avec le distributeur du film aux Etats-Unis, a, lui, revendiqué son «droit à la fiction».

Sang neuf et vétérans partagent l'affiche cette année à Cannes et près de 60 ans séparent deux aspirants à la Palme d'or: le petit prodige canadien Xavier Dolan, 25 ans, chouchou du festival, et la légende vivante Jean-Luc Godard, 83 ans, jamais récompensé.

Poids-lourds d'Hollywood, Sylvester Stallone, Harrison Ford ou encore Arnold Schwarzenegger, tous à l'affiche de «The Expandables 3», devraient quant à eux assurer le show sur la célèbre avenue de bord de mer en débarquant dimanche en char d'assaut au Carlton, où leurs effigies géantes trônent déjà en façade.

C'est aussi dans ce palace mythique, dont la suite la plus chère s'affiche à 20.000 euros la nuit, que seront logés, comme le veut la tradition, le président du festival, Gilles Jacob - qui officie pour la dernière fois avant de passer le flambeau à Pierre Lescure - et la présidente du jury, la réalisatrice néo-zélandaise Jane Campion.

- Lambert Wilson à la baguette -

Lambert Wilson, qui succède à sa consœur Audrey Tautou comme maître de cérémonie, sera sur la Croisette dès mardi après-midi, pour des rencontres avec la presse, avant de conduire la soirée d'ouverture.

Un dîner orchestré par Christian Sinicropi, chef doublement étoilé du restaurant La Palme d'or de l'hôtel Martinez, doit réunir le jury et Gilles Jacob dans la soirée.

Pour l'heure, des milliers d'ouvriers et de techniciens s'affairent dans le Palais des festivals, sur les plages et dans les rues de la ville qui passe durant le festival de 74.000 à quelque 200.000 habitants.

Dès lundi matin, d'immenses affiches de 300 m2 à l'effigie de Marcello Mastroianni, regard glissant par-dessus des lunettes noires, (une image extraite de «Huit et demi», de Federico Fellini), ont été apposées sur les façades du Palais. Tout autour dans la ville, les sourires de 17 stars internationales - de Scorsese à Leïla Bekhti en passant par Natalie Portman - immortalisées par les photographes de l'agence Getty, s'affichent sur les murs ou claquent au vent de la rue d'Antibes comme des étendards.

Cinq cents personnes mettent la dernière main aux 6.700 m2 de structures éphémères qui accueilleront projections, rencontres entre professionnels du Marché du film et conférences de presse. D'autres finissent d'équiper les 24 salles de projection du Palais, pouvant recevoir chacune de deux/trois cents personnes à près de 2.300 pour le grand auditorium Louis-Lumière.

- 30.000 professionnels, 700 policiers -

Un peu plus loin, les plages privées revêtent leurs habits de lumière, se transformant le temps du festival en night-club ou en guinguette «hype». Au-dessus, dans les grands hôtels, les suites louées par les maisons de haute-couture se muent en showroom.

Beaucoup de stars, désireuses de tranquillité, séjourneront plutôt à l'Eden-Roc, au cap d'Antibes, loin des décibels et de la foule des festivaliers en mal d'autographes.

Plus de 4.500 journalistes du monde entier sont attendus à cet événement mondial. Quelque 30.000 professionnels en tout devraient y assister.

Pour que cette édition soit une complète réussite, les autorités ont renforcé la sécurité cette année dans le centre-ville aux abords des boutiques et établissements de luxe, après une série de vols retentissants ayant émaillé le dernier festival. Près de 700 policiers seront déployés, outre les centaines d'agents de sécurité privés présents dans et autour des commerces dits sensibles.

Cette année, le festival se voudra aussi éco-responsable, Chopard ayant choisi pour la Palme d'or un métal «fair minded», issu de mines certifiées équitables. Quant au célèbre tapis rouge recouvrant les 24 marches menant du Grand Auditorium du Palais des festivals - qui ne sera posé qu'en début d'après-midi mercredi et changé deux à trois fois par jour -, il sera cette année encore entièrement recyclé par Veolia et transformé... en tapis de sol pour voiture.