Lycéennes enlevées: Deux ex-premières dames contre Boko Haram

MOBILISATION Carla Bruni et Valérie Trierweiler seront au Trocadéro ce mardi pour soutenir la cause des lycéennes nigérianes enlevées...

Nicolas Bégasse

— 

Montage: Carla Bruni et Valérie Trierweiler en 2014.
Montage: Carla Bruni et Valérie Trierweiler en 2014. — SIPA

Les premières dames se mobilisent contre Boko Haram. Les Etats-Unis avaient Michelle Obama, son tweet #BringBackOurGirls et son allocution exceptionnelle depuis la Maison Blanche, la France aura Carla Bruni et Valérie Trierweiler au Trocadéro.

Alors que le sort de plus de 200 lycéennes nigérianes enlevées le 14 avril à Chibok par la secte terroriste Boko Haram est toujours incertain, l’ex-compagne de François Hollande et la compagne de l’ex-Président Nicolas Sarkozy vont faire front commun pour soutenir la cause de ces jeunes filles, à l’occasion d’un rassemblement prévu mardi à 9h au Trocadéro à Paris à l’appel d’associations féministes.

Julie Gayet au Trocadéro

«Soyons toutes et tous ensemble, mardi 13 mai, à 9 heures, au Trocadéro pour lutter contre la barbarie», a tweeté Valérie Trierweiler, utilisant le désormais célèbre hashtag #BringBackOurGirls.

De son côté, Carla Bruni-Sarkozy, qui sera également présente au Trocadéro mardi, a interrogé ce lundi sur RTL: «Comment peut-on dormir sur ses deux oreilles en sachant ce qui est arrivé à ces jeunes filles? Imaginez si c’étaient nos enfants et ceux de nos amis.»

Alors que certains médias annoncent la présence, en plus de ces deux ex-premières dames, de l’actrice Julie Gayet, dont la relation supposée avec François Hollande a fait grand bruit en ce début d’année, Carla Bruni a indiqué sur RTL qu’elle serait «très heureuse qu’elles soient parmi nous» et que «tout le monde» était invité à ce rassemblement de soutien.