Paris: Des centaines d'anti-viande défilent pour la Veggie Pride

VÉGÉTARISME viron 500 personnes ont défilé à Paris ce samedi pour faire «sortir du silence la souffrance animale»...

A.D. avec AFP
— 
Veggie parade à Berlin, le 20 juillet 2013.
Veggie parade à Berlin, le 20 juillet 2013. — OLE SPATA/DPA/AFP

Végétariens, végétaliens ou «vegan»...  Environ 500 militants   de la cause animale, opposés à l'exploitation des  animaux pour se   nourrir ou même se vêtir ont défilé samedi après-midi à  Paris lors de   la Veggie pride.

Née en 2001 en France, cette «marche des fiertés  végétariennes» vise   à faire «sortir du silence la souffrance animale» en  réunissant sous   une même banière tous ceux qui refusent la consommation  de chair   animale (végétariens), qui refusent aussi les produits  alimentaires   issus des animaux comme les oeufs, le lait ou le miel  (végétaliens) ou   même ceux excluant la consommation des produits non  alimentaires comme   le cuir ou la laine («vegan»).

«Les animaux sont mes amis et je ne mange pas mes amis», «Abolir   l'utilisation des animaux», «Je ne suis pas un produit»,  clamaient les   banderoles brandies par les manifestants, dont plusieurs  arboraient  les  logos d'associations environnementales comme L214 ou Sea  Shepherd,  a  constaté un journaliste de l'AFP. Partis sous la pluie vers  14H30  de  l'église Sainte-Eustache, dans le Ier arrondissement de Paris,  ils   devaient marcher jusqu'à la place de la République.

Manger de la viande est «un caprice», «on pourrait très bien  ne pas   en manger d'un point de vue physiologique», a souligné devant les    manifestants Yves Bonnardel, l'un des fondateurs de cette    manifestation, dénonçant l'abattage chaque année de 1,2 milliard    d'animaux vertébrés en France et 60 milliards à l'échelle de la planète.

Faisant le parallèle avec «les premières gay pride», Alexandre   Philippot-Bonnavent, porte-parole du collectif «vegan»  269 Life France,   a estimé que cette marche servait «à nous faire  reconnaître et à   lutter contre la végéphobie». Et de plaider par exemple  pour davantage   de repas végétariens dans les cantines scolaires et  d'entreprises.

«J'ai l'air d'aller bien, non?», a pour sa part souri Murat Balcy,   «vegan» depuis «6 ans» et membre de l'association de protection des   animaux L214 présente dans la marche.

«J'ai été sensibilisé par des amis. Ensuite j'ai regardé des    documentaires sur les abattoirs et j'ai arrêté (de manger de la viande)    quasiment du jour au lendemain», a-t-il raconté à l'AFP, reconnaissant    toutefois être encore parfois regardé «comme une bête curieuse» en    France, «où la culture est basée sur la bouffe, et notamment la viande».

Cette «Veggie pride 2014» devait se poursuivre dimanche par  des   conférences «dédiées à l'éthique animale» à la mairie du IIe    arrondissement de Paris.