Près de 9.000 personnes hospitalisées pour brûlures chaque année

SECURITE En 2015, les détecteurs autonomes avertisseurs de fumée seront obligatoires dans toutes les habitations...

20 Minutes avec AFP

— 

Incendie Clichy sous bois, le 14 mars 2014
Incendie Clichy sous bois, le 14 mars 2014 — F. Pouliquen / 20 Minutes

Près de 9.000 personnes sont hospitalisées pour brûlures chaque année en France métropolitaine, dont un quart d'enfants de moins cinq ans, selon l'Institut de veille sanitaire (InVS) qui a recensé 219 décès en 2011 parmi les brûlés hospitalisés.

Le nombre de personnes hospitalisées pour brûlures en France entre 2008 et 2011 a peu évolué, restant autour de 9.000 par an, selon une étude de l'InVS publiée mardi.

En 2011, parmi les 8.670 personnes hospitalisées pour brûlures, un quart sont des enfants âgés de 0 à 4 ans et un quart a plus de 50 ans.

Les jeunes enfants sont particulièrement exposés au risque de se brûler dès qu'ils commencent à marcher. Mais les brûlures sont globalement beaucoup plus graves chez les personnes âgées : la moitié des 219 patients décédés à l'hôpital pour brûlures en 2011 ont plus de 65 ans (pour 4 décès d'enfants de moins de 15 ans).

Le nombre de décès à l'hôpital augmente

Le nombre d'hospitalisés est en moyenne de 13,4 pour 100.000 habitants (17,9 chez les hommes contre 9,9 chez les femmes), mais est plus élevé chez les 0-4 ans (60,7/100 000).

Selon l'étude, le nombre de décès à l'hôpital à la suite d'une brûlure a légèrement augmenté entre 2008 (194 décès) et 2011 (219 décès).

L'étude relève aussi des variations régionales : l'Alsace, l'Aquitaine et l'Ile-de-France ont les taux d'hospitalisés pour brûlures les plus faibles (entre 10 et 11/100.000 habitants) et le Nord-Pas-de-Calais, la Picardie et le Languedoc-Roussillon les plus élevés (entre 17 et 18). «Mais nous n'avons pas vraiment encore d'explications à ce sujet», remarque le Dr Bertrand Thélot, co-auteur de l'étude.

DAAF obligatoires partout

Pour réduire les incendies, à partir de mars 2015, l'installation d'un détecteur autonome avertisseur de fumée (DAAF) sera obligatoire dans toutes les habitations.

«Au total en métropole, il y a de l'ordre de 500 décès par an liés aux incendies et brûlures (décès sur place + décès à l'hôpital)», indique l'épidémiologiste. «On s'attend à avoir une diminution des hospitalisations et décès liés aux brûlures dans les 5 à 10 ans grâce à la généralisation de ces détecteurs», dit-il à l'AFP.