Une biopile à l’énergie inépuisable

SANTE Une équipe de scientifique Grenoblois invente une biopile qui s’auto-alimente à partir du glucose présent dans le corps humain…

À Grenoble, Souhir Bousbih

— 

 Philippe Cinquin et Serge Cosnier, les co-inventeurs de la biopile
 Philippe Cinquin et Serge Cosnier, les co-inventeurs de la biopile — Office Européen des Brevets

C’est à peine croyable, mais après une dizaine d’années de recherche, les docteurs Philippe Cinquin et Serge Cosnier ont mis au point la première biopile miniature implantable dans un mammifère, dont l’unique source d’énergie est le sucre présent dans  le corps humain. Une innovation historique dans le domaine de la santé, qui leur vaut aujourd’hui d’être nominés pour le Prix de l’Inventeur Européen dans la catégorie « Recherche ».

Une révolution pour les malades cardiaques

Concrètement, cette invention pourrait permettre aux malades équipés d’un pacemaker d’éviter de passer par la case chirurgie quand la batterie de leur appareil s’épuise, comme l’explique le bio-électrochimiste Serge Cosnier: « Dans la biopile, l’énergie n’est pas accumulée, mais directement produite à partir de sucre et d’oxygène présents dans notre organisme. Grâce à des enzymes connectés électriquement aux électrodes de la pile, l’énergie chimique est transformée en énergie électrique, ce qui représente une ressource inépuisable. À l’inverse, la durée de vie d’une batterie de pacemaker ne dépasse pas dix ans.»

L’usage de la biopile ne se limite pas aux stimulateurs cardiaques. Elle peut alimenter tout organe ou appareillage artificiel implantés dans le corps, et plus étonnant… nos ordinateurs: «L’idée est de diviser lataille de la batterie en deux et libérer une moitié pour implanter la biopile. Il suffira ensuite de verser un liquide sucré à l’intérieur de la biopile pour recharger la batterie. Ça pourrait être utile durant un vol en avion ou sur une plage par exemple ! » poursuit Serge Cosnier.

Il faudra attendre encore un peu avant de voir la biopile inonder le marché. Même si le brevet a été déposé en 2010, la phase de tests est encore en cours…