Augmentation des actes homophobes: «Il nous a massacrés parce qu'on était des "sales pédés"»

TEMOIGNAGE Alors que les chiffres des agressions homophobes sont en augmentation, Jean-Pierre raconte à «20 Minutes» l'agression qu'il a subie à Paris le 17 mars...

Vincent Vantighem

— 

Jean-Pierre a été victime d'une agression homophobe alors qu'il se trouvait dans la rue avec son compagnon.
Jean-Pierre a été victime d'une agression homophobe alors qu'il se trouvait dans la rue avec son compagnon. — V. Wartner / 20 Minutes

C’était une de ses belles soirées de mars où il faisait bon à Paris. A deux pas de la gare Montparnasse, Jean-Pierre* sortait du restaurant avec son copain. Il voulait en profiter avant que celui-ci, commerçant en Province, ne quitte la Capitale le lendemain. «En attendant le bus, nous nous sommes enlacés, raconte Jean-Pierre. C’est à ce moment-là que j’ai entendu des insultes…»

>> Les Faits: Les actes homophobes sont en augmentation selon un rapport de SOS Homophobie

En se retournant, Jean-Pierre découvre un homme à la carrure impressionnante. «Environ 1,80m. C’était un ancien rugbyman…» Visiblement éméché, il insulte alors copieusement les deux amoureux pour leur «manque de pudeur».

«Le bus a démarré sans nous»

«Le bus est arrivé, poursuit la victime. Au moment de monter à l’intérieur, il a asséné un coup derrière la tête de mon ami. Le chauffeur a refermé les portes du bus et a démarré sans nous.» C’est à ce moment-là que le calvaire a vraiment débuté sur le trottoir. Coups de pieds, de poings: «il nous a massacrés parce qu’on était, selon lui, de ''sales PD''», assure Jean-Pierre.

>> Témoignage: Un an après le vote de la loi sur le mariage pour tous, les principaux acteurs dressent le bilan

Essayant de défendre Bernard*, Jean-Pierre se voit alors agrippé et balancé du haut d’une rambarde. «Je suis tombé d’1,50m environ. En reprenant mes esprits, j’ai couru jusqu’à un restaurant.» Les clients se mettent alors à le protéger. Même lorsque l’agresseur les encourage à «achever ce sale PD»!

«Ils ont porté atteinte à ma Chrétienté»

Alertés, les policiers ne mettent pas longtemps à retrouver l’agresseur qui erre dans le quartier. Bernard, lui, gît dans une mare de sang. «Son passage à l’acte intervient dans un contexte particulier, pense Jean-Pierre. Mais je ne veux pas faire d’amalgame avec tous les opposants à la loi sur le mariage pour tous

Se défendant d’être homophobe, l’agresseur a expliqué lors de la confrontation que Jean-Pierre et Bernard «avaient porté atteinte à sa Chrétienté». Jeudi 24 avril, il a été condamné à un an de prison dont quatre mois ferme, le tribunal ayant retenu la circonstance aggravante d’avoir commis une agression en fonction de l’orientation sexuelle.

«Ce n’est pas cher payé!» estime Jean-Pierre. Bernard est défiguré. Il n’a plus de dents et va devoir subir des opérations de chirurgie esthétique.» Surtout les deux amoureux sont encore aujourd’hui traumatisés par ce qu’ils ont vécu. «On n’arrête pas de revivre la scène, conclut-il. Et elle n’était pas agréable.»

* Les prénoms ont été changés.

Une plainte pour non assistance à personne en danger

Jean-Pierre et Bernard ont également déposé plainte pour «non-assistance à personne en danger» contre le chauffeur du bus de la RATP qui a démarré sans eux. «Il a dit qu’il voulait protéger les voyageurs, explique Jean-Pierre. Je comprends qu’il soit parti sans nous mais il aurait dû prévenir les secours…»