Le maire UMP d'Aulnay-sous-Bois prend un arrêté anti-mendicité

© 2014 AFP
— 
Une personne sans-abri à Paris
Une personne sans-abri à Paris — Joel Saget AFP

Un arrêté visant à interdire la mendicité a été pris mardi par le maire d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) Bruno Beschizza (UMP), élu fin mars à la tête de cette ville de 81.000 habitants, a-t-on appris auprès de la municipalité.

L'arrêté, effectif à compter du 29 avril, interdit la mendicité «lorsqu'elle trouble la tranquillité des personnes ou entrave leur passage ou gêne la commodité de la circulation», précise le texte, dont l'AFP a obtenu copie.

Valable jusqu'au 30 septembre 2014, il concerne plusieurs secteurs de la ville, dont celui de la gare, détaille l'arrêté, qui fait état d'un «nombre croissant de personnes» mendiant dans la ville, «parfois de manière agressive ou avec enfants».

Bruno Beschizza, ancien policier, a été élu fin mars avec plus de 60% des voix face au socialiste Gérard Ségura au second tour des élections municipales. Il est membre de l'aile droite de l'UMP.

Plusieurs villes de France, comme Nice, Montpellier, Chartres ou Nogent-sur-Marne, ont pris par le passé ce type de décisions. A Paris, trois arrêtés anti-mendicité avaient été pris en 2011, sur les secteurs des Champs-Elysées, des Grands magasins et du Louvre. Jugés inefficaces, ces arrêtés n'ont pas été reconduits en 2012.