Soupçons de viol Quai des Orfèvres: Trois policiers suspendus par leur hiérarchie

FAITS DIVERS C'est ce qu'annonce le ministère de l'Intérieur ce dimanche...

A. Le G.
— 
Quai des Orfèvres à Paris.
Quai des Orfèvres à Paris. — BENAROCH/SIPA

Aux lendemains de la plainte déposée par une ressortissante canadienne pour des faits de viol en réunion, le ministère de l'Intérieur a annoncé dans un communiqué qu'il suspendait de leur fonction les trois fonctionnaires mis en cause. 

Deux fonctionnaires de la Brigade de recherche et d’intervention de la police judiciaire parisienne ont été mis en examen et placés sous contrôle judiciaire ce 27 avril. Un troisième fonctionnaire a été placé sous le statut de témoin assisté.

Les trois fonctionnaires mis en cause suspendus par le ministre de l'Intérieur

«Il appartient à l’autorité judiciaire de poursuivre l’enquête afin d’établir précisément les faits et leur déroulement, et de déterminer les responsabilités des personnes mises en cause», précise le ministère de l'Intérieur dans un communiqué envoyé ce dimanche, où il annonce sa décision de suspendre de leurs fonctions les trois policiers mis en cause.

Une enquête administrative en parallèle

Une décision conforme à ce que le ministre avait annoncé dès vendredi matin. Lors d'un déplacement à Marseille, Bernard Cazeneuve avait dit qu'il prendrait toutes les sanctions s’imposant et affirmé sa volonté que la justice et l'inspection générale de la police aillent au terme de leurs investigations. Saisie dès le 24 avril, l’Inspection générale de la police nationale poursuit en effet ses travaux d’enquête administrative pour les manquements d’ores et déjà avérés au droit de la fonction publique.

«Les manquements de quelques-uns ne sauraient en aucun cas porter atteinte à l’engagement sans faille et au dévouement des agents de la police nationale», rappelle néanmoins le ministre de l'Intérieur.

Deux policiers accusés par une touriste canadienne de viol au sein même du 36, quai des Orfèvres, siège légendaire et centenaire de la police judiciaire parisienne, ont été mis en examen dans la nuit de samedi à dimanche pour des faits qui auraient été commis dans la nuit de mardi à mercredi.