Montigny-lès-Metz: Francis Heaulme ne comprend pas pourquoi son procès a été renvoyé

INFO 20 MINUTES De retour en prison, le «routard du crime» a écrit à son avocate pour avoir des explications sur le renvoi de son procès…

Vincent Vanthighem
— 
Francis Heaulme.
Francis Heaulme. — DAMIEN MEYER / AFP

Dans son box blindé, il était aux premières loges. Et pourtant, Francis Heaulme n’a pas vraiment compris pourquoi son procès, pour le double meurtre de Montigny-lès-Metz (Moselle), a été renvoyé le 1er avril dernier après la mise en cause d’Henri Leclaire. «Il m’a donc écrit pour me demander des explications», confie à 20 Minutes ce jeudi, Liliane Glock, son avocate.

«Je comprends pas pourquoi ils sont annuler le procès (sic), écrit le tueur en série dans ce courrier daté du 4 avril et dont 20 Minutes a obtenu lecture. Peut-être à cause de Leclaire. Je pense qu’ils vont faire quelque chose avec lui (sic)...»

Deux témoins mettent en cause Henri Leclaire

Prévu pour durer un mois, le procès de l’affaire de Montigny-lès-Metz avait été renvoyé au deuxième jour d’audience après l’apparition de deux témoins tardifs mettant en cause Henri Leclaire dans la mort de Cyril Beining et Alexandre Beckrich, deux enfants de huit ans retrouvés morts, le crâne fracassé à coups de pierre, sur un talus SNCF de Montigny-lès-Metz en 1986.

>> Revivez en live l’audience du 1er avril

Accablant Henri Leclaire alors que seul Francis Heaulme comparaissait, ces deux témoins avaient conduit la cour d’assises de Moselle à renvoyer le procès et à demander l’ouverture d’une nouvelle information judiciaire.

«Il était sous médicaments»

Reconnu coupable de neuf meurtres dans huit affaires, Francis Heaulme, 55 ans, était apparu hagard lors des deux jours d’audience. «Il était sous médicaments, déplore Liliane Glock. Le deuxième jour, j’ai même demandé que la dose soit baissée car il était vraiment ailleurs…»

>> Diaporama: retour sur cette affaire vieille de 30 ans

Transféré à la prison de Metz le temps du procès, Francis Heaulme a ensuite très vite regagné sa cellule individuelle de la maison centrale d’Ensisheim (Haut-Rhin) comme il le souhaitait.

Condamné deux fois à la perpétuité assortie d’une période de sûreté de 22 ans, le routard du crime a reconnu qu’il était présent sur les lieux du double meurtre le jour du drame mais a toujours nié avoir tué les enfants. «Mon style, c’est l’Opinel. Et j’étrangle à mains nues… Montigny, c’est pas moi!» avait-il notamment déclaré lors d’un procès en 2001.

Un juge a été nommé

Après le renvoi du procès de Francis Heaulme, une information judiciaire a été ouverte par le parquet de Metz. Selon nos informations, un juge d'instruction a été nommé. Il doit entendre avant l'été Henri Leclaire, en vue d'une «mise en examen» pour le double-meurtre de Montigny-lès-Metz. Un nouveau procès n'est pas prévu avant un ou deux ans.