Bernard Cazeneuve.
Bernard Cazeneuve. — LIONEL BONAVENTURE / AFP

TERRORISME

Bernard Cazeneuve lève le voile sur le plan anti-filières djihadistes

Le ministre de l'Intérieur était l'invité du journal télévisé de France 2 ce mardi soir...

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a dévoilé ce mardi les principales mesures du plan du gouvernement pour lutter contre les filières djihadistes vers la Syrie.

Ce plan, qu'il présentera mercredi en Conseil des ministres, comporte une dizaine de mesures qui seront mises en oeuvre «dans les jours qui viennent», a déclaré Bernard Cazeneuve sur France 2.

Un numéro vert pour les familles de mineurs. Parmi elles, la création d'un numéro vert et la mise en place d'une plateforme de signalement sur internet «à destination des familles qui constatent que leurs enfants sont en rupture», a expliqué le ministre.

«Nous mobiliserons dans la foulée, immédiatement, les préfets qui parviendront sur les territoires à prendre contact avec ces familles», a-t-il ajouté.

«Nous sommes désireux de faire en sorte que ceux qui peuvent partir ne partent pas, c'est aussi un volet très important du plan», a résumé Bernard Cazeneuve.

A cet effet, pour les mineurs, les parents pourront s'opposer préalablement à un départ de leur enfant vers la Syrie ou un pays frontalier, selon le ministre.

Le système d'information Schengen pour les adultes. «Il en est de même d'ailleurs pour les majeurs, et nous prenons des dispositions législatives à cet effet. Comment? Et bien en versant l'identité de ces personnes qui sont susceptibles de partir (...) dans le système d'information Schengen» qui compte 26 Etats européens «de manière à ce qu'ils soient arrêtés à la frontière, ou dès lors qu'ils prennent un moyen de transport les acheminant vers la Syrie», a-t-il détaillé.

La privation de passeport, l'expulsion et le gel des avoirs. Autres mesures notables, la privation de passeports de djihadistes avérés, la possibilité d'expulser des étrangers impliqués dans des filières djihadistes, ou encore le gel des avoirs des microfilières, selon une source proche du dossier.

Développement de cyberpatrouilles. Le ministre a également évoqué le développement de cyberpatrouilles afin d'intensifier «la surveillance sur Internet».

Suppression de la nationalité française? Interrogé sur la possibilité de supprimer la nationalité française à des djihadistes, le ministre de l'Intérieur a rappelé qu'il «était arrivé à notre pays de la faire».

«Bien entendu, si nous sommes confrontés à des cas particuliers, il est tout à fait possible que cette mesure, qui est dans le droit français, soit mise en oeuvre», a-t-il ajouté, à condition que la personne concernée soit devenue française par naturalisation et dispose d'une double nationalité.