Insultes homophobes: Deux mois de prison avec sursis pour des injures contre les premiers mariés homosexuels à Montpellier

JUSTICE L’auteur des insultes au premier mariage pour tous a été condamné à Montpellier...

A Montpellier, Nicolas Bonzom

— 

Mariage pour tous à Montpellier
Mariage pour tous à Montpellier —

Deux mois de prison avec sursis et une amende de 3000 euros pour préjudice moral: c’est le jugement prononcé par le tribunal correctionnel de Montpellier, ce mardi après-midi, à l’encontre de l’individu qui avait proféré des injures à caractère homophobe à Vincent et Bruno Boileau-Autin, les premiers mariés homosexuels, lors de leur union, le 29 mai 2013, sur le parvis de l’hôtel de ville.

Agé d’une vingtaine d’années, condamné pour la première fois de sa vie, l’homme a été reconnu coupable, et devra aussi s’acquitter d’un euro symbolique à l’attention de la Lesbian and Gay Pride et de 500 euros d’indemnisation pour le Collectif contre l’homophobie.

Dix jours pour faire appel

«Il a été reconnu coupable, c’est ça le plus important», souligne Bruno Boileau-Autin. «J’espère que la condamnation en appellera d’autres, car on a trop tendance dans la société à banaliser les propos homophobes, reprend son mari, Vincent, président de la Lesbian and Gay Pride de Montpellier. Le tribunal a été exemplaire aujourd’hui. Ce moment reste dans nos mémoires. Nous garderons en mémoire, au moment où nous sommes entrés dans la mairie, cet instant de panique, où les policiers se sont jetés sur l’auteur des insultes. Sur le moment, c’est vrai, ça nous a surpris, ça nous a inquiété. Ca a gâché peut-être un peu les choses.»

Me Lauren Dauguet, l’avocate des victimes, qualifie la décision de «symbolique», à la veille du premier anniversaire du mariage pour tous. L’auteur des méfaits et son avocat, qui n’étaient pas présents mardi, ont dix jours pour faire appel de la décision.