VIDEO. Décès de Servier: «J’aurais voulu qu’il voie ma cicatrice, qu’il comprenne ce qu’est devenue ma vie!»

TEMOIGNAGE Malade du Médiator depuis 2005, Daphné* regrette que Jacques Servier soit mort avant d’avoir pu être jugé pour le scandale sanitaire…

Vincent Vantighem

— 

"Enfumage", "volonté d'occulter": deux experts et ex-membres de l'Agence de sécurité des produits de santé (Afssaps) ont pointé du doigt vendredi la responsabilité des laboratoires Servier, au 4e jour du procès du Mediator.
"Enfumage", "volonté d'occulter": deux experts et ex-membres de l'Agence de sécurité des produits de santé (Afssaps) ont pointé du doigt vendredi la responsabilité des laboratoires Servier, au 4e jour du procès du Mediator. — Fred Tanneau AFP

Ce week-end, le mari de Daphné* a prévu de faire une petite randonnée. «Je vais rester chez moi et attendre», regrette son épouse. A 73 ans, cette retraitée vivant dans les environs d’Albi (Tarn) ne part plus en balade depuis une dizaine d’années. Depuis qu’elle a été hospitalisée d’urgence pour une embolie pulmonaire. «J’ai été opérée à cœur ouvert. Ils ont découvert que j’avais trois valves cardiaques foutues. La faute au Médiator…»

>> Les faits: Jacques Servier est mort.

Avertie ce jeudi matin de la mort de Jacques Servier, Daphné est restée interdite pendant de longues minutes. «La mort de quelqu’un, c’est toujours malheureux, commente-t-elle. Mais j’aurais voulu que ce Monsieur soit puni pour ce qu’il a fait.» Depuis que le scandale du Médiator a éclaté, Daphné a eu le temps de réfléchir à la peine qu’elle aurait voulu infliger à Jacques Servier. «Plus encore que de la prison, j’aurais voulu qu’il soit condamné à manger quelques-uns de ses cachets…»

Le Médiator, 15 kilos de moins mais trois valves flinguées

D’une voix douce, elle explique ce que cela fait que de «manger quelques cachets de Médiator.» A la base, son médecin lui avait prescrit pour éviter de prendre du poids, après une opération de la thyroïde. «Ah, c’est sûr, j’étais mince! J’avais quinze kilos de moins», se souvient-elle.

» Réactions: Il est parti «sans un mot d’excuse», regrettent les victimes

Si le benfluorex, la molécule du Médiator, lui a empêché de prendre du poids, il lui a aussi «flingué» trois valves cardiaques. «Aujourd’hui, ma vie est foutue, raconte-t-elle. Je prends neufs médicaments par jour, je fais des prises de sang toutes les deux semaines et subis des contrôles réguliers. Mon médecin m’a expliqué que mon espérance de vie en avait pris un coup…»

«Servier m’a proposé 28.800 euros. J’ai refusé»

Du reste, Daphné le sent bien. Elle souffre dès qu’il faut marcher, prend la voiture pour éviter les côtes et ne parvient pas à pousser le chariot au supermarché. La responsabilité du Médiator ayant été établie dans sa maladie, elle a eu la «chance» de recevoir il y a quelques semaines un courrier de Jacques Servier. «Il m’a proposé 28.800 euros en guise de réparation. J’ai refusé. J’irai au procès.»


Décès de Servier: Quelles suites aux procès? par 20Minutes

» Eclairage: Les procédures judiciaires vont se poursuivre

Même si la chaise sur laquelle Jacques Servier aurait dû être jugé restera vide. «J’aurai voulu qu’il voie ma cicatrice sur le cœur, qu’il comprenne ce qu’est devenue ma vie. Mais il y a d’autres responsables. Je leur expliquerai ça si je suis encore en vie…»

*Le prénom a été changé