Affaire Agnès Le Roux: Maurice Agnelet «demande pardon» mais n'avoue rien

JUSTICE Au dernier jour de son procès pour le meurtre d'Agnès Le Roux...

20 Minutes avec AFP

— 

Maurice Agnelet arrive à la cour d'assises d'Ille-et-Vilaine, à l'issue du troisième jour de son procès, le 10 avril 2014 à Rennes
Maurice Agnelet arrive à la cour d'assises d'Ille-et-Vilaine, à l'issue du troisième jour de son procès, le 10 avril 2014 à Rennes — Jean-Sébastien Evrard AFP

Maurice Agnelet, a demandé vendredi matin devant la cour d'assises d'Ille-et-Vilaine, «pardon» à la famille d'Agnès Le Roux, dont il est accusé de l'assassinat en 1977, «pour le mal que j'ai pu leur faire par mon attitude, mes propos depuis la disparition incroyable et dramatique d'Agnès».

L'accusé, contre lequel ont été requis 20 ans de réclusion criminelle jeudi, a aussi demandé pardon à sa famille qui s'est déchirée à la barre après que Guillaume, l'un des fils Agnelet, a affirmé que ses parents lui avaient confié que son père était l'auteur du meurtre, ce que démentent les autres membres de la famille. Les jurés de la cour d'assises, qui statue en appel, se sont rétirés pour délibérer peu avant 09h30.

«J'[ai] gâché leur vie et celle de leur mère»

«J'ai également eu la conviction pendant ces quatre semaines que je m'étais mal occupé de mes enfants, c'est mon regret le plus important. Je me suis rendu compte que j'avais gâché leur vie et celle de leur mère», a-t-il déclaré. «J'étais obnubilé par cette disparition d'Agnès», a-t-il expliqué.

Bénéficiaire d'un non-lieu en 1985, puis acquitté en 2006, Maurice Agnelet, ex-avocat âgé aujourd'hui de 76 ans, a été condamné en appel à 20 ans de prison en 2007, avant que la Cour européenne des Droits de l'homme estime début 2013 que ce procès n'était pas équitable.

Les jurés de la cour d'assises, qui statue en appel, se sont retirés pour délibérer peu avant 9h30 après quatre semaines de procès.