Affaire Le Roux: Le sort d'Agnelet suspendu au témoignage de son ex-femme?

JUSTICE Anne Litas, la première épouse de Maurice Agnelet, a demandé à être entendue en visioconférence devant la cour d’assises d’Ille-et-Vilaine…

Vincent Vantighem

— 

Maurice Agnelet le 17 mars 2014 au tribunal à Rennes
Maurice Agnelet le 17 mars 2014 au tribunal à Rennes — Jean-Sébastien Evrard AFP

Cela pourrait bien être décisif pour résoudre cette énigme judiciaire vieille de 37 ans. Anne Litas, la première épouse de Maurice Agnelet, a demandé à être entendue en visioconférence devant la cour d’assises d’Ille-et-Vilaine, a-t-on appris ce mardi matin.

Son témoignage pourrait bien faire basculer le procès de Maurice Agnelet, jugé une troisième fois pour le meurtre d’Agnès Le Roux, disparue en 1977. Et pour cause: lundi, Guillaume, le fils d’Anne Litas et de Maurice Agnelet, a clairement accusé son père, pour la première fois en 37 ans d’enquête.

Il aurait tiré sur Agnès en Italie

«Ma mère m’a dit: ‘’Je vais te dire qui est ton père.’’ Ils (Maurice Agnelet et Agnès Le Roux) sont allés faire du camping dans un coin tranquille près de Monte Cassino (en Italie). Il aurait, pendant son sommeil, tiré sur Agnès, puis hurlé pour demander du secours», a déclaré le fils de l’accusé, expliquant avoir gardé le silence aussi longtemps «pour le bien de la famille».

» Lire: Le compte rendu de l’audience de lundi

A la suite de ce témoignage, Anne Litas a donc expressément demandé à la cour d’être entendue en visioconférence, en raison de sa «fatigue». Lors des précédents procès, elle n’avait jamais fait de déclaration confirmant le témoignage de son fils. Ce dernier doit, quant à lui, être réentendu par la cour d’assises, mercredi.

«Je suis innocent», clame Agnelet

Accusé du meurtre, Maurice Agnelet s’est défendu, lundi, en clamant de nouveau son innocence et en expliquant que son fils était «très malheureux».

«Il m’a tout le temps défendu en signant ‘’Guillaume, le fils d’un innocent’’. Je tombe des nues», a réagi Maurice Agnelet, à peine ébranlé par les révélations de son fils. «C’est de la schizophrénie, peut-être que ça lui fait du bien», a-t-il ajouté. «Je crois qu’il est très malheureux, ça va pas dans la tête […] Je suis innocent», a clamé une nouvelle fois l’accusé.

En attendant de nouveaux témoignages, ce mardi matin, c’est un journaliste retraité qui a déposé. Assurant avoir eu un très long échange avec Maurice Agnelet juste après la disparition d’Agnès Le Roux, ce dernier affirme être ressorti de l’entretien en se disant «Agnelet est au cœur de cette affaire. C’était un marionnettiste et un machiavel…»