Un attentat islamiste sans doute déjoué sur la Côte d'Azur

FAITS DIVERS Le 17 février, 900 grammes d'explosifs avaient été trouvés dans un immeuble près de Cannes...

avec AFP
— 
Un immeuble a été brièvement évacué lundi à Mandelieu-la-Napoule (Alpes-Maritimes) après la découverte d'un colis suspect lors d'une perquisition de la DCRI (renseignement intérieur) dans l'enquête sur la cellule islamiste de Cannes-Torcy, a-t-on appris de plusieurs sources.
Un immeuble a été brièvement évacué lundi à Mandelieu-la-Napoule (Alpes-Maritimes) après la découverte d'un colis suspect lors d'une perquisition de la DCRI (renseignement intérieur) dans l'enquête sur la cellule islamiste de Cannes-Torcy, a-t-on appris de plusieurs sources. — Valery Hache AFP

L'antiterrorisme français est convaincu d'avoir déjoué un projet «imminent» d'attentat sur la Côte d'Azur, fomenté par un homme de retour du jihad en Syrie, a annoncé ce mercredi à l'AFP une source proche du dossier.

Cette certitude est née de la découverte le 17 février dans un immeuble de Mandelieu-La-Napoule, près de Cannes, de quelque 900 grammes d'explosif.

Explosif réparti dans trois canettes

Les résultats des expertises ont montré qu'il s'agissait de TATP, un explosif rudimentaire qui peut être fabriqué à domicile, déjà utilisé par le passé dans des attentats, comme à Marrakech en 2011.

L'explosif était réparti dans trois canettes, dont l'une était entourée de vis et de clous fixés avec du scotch.

Une arme et du matériel informatique ont également été saisis dans un local technique de cet immeuble, qui avait été le point de chute d'un homme de 23 ans interpellé quelques jours plus tôt et lié à la cellule dite de Cannes-Torcy, a précisé la source.

Attentat à la grenade à Sarcelles

Il s'agit d'un des hommes originaires du Cannet (Alpes-Maritimes), qui avaient échappé à la vague d'interpellations à l'automne 2012 dans le vaste coup de filet ayant conduit au démantèlement de la cellule de Cannes-Torcy.

Le procureur de la République de Paris, François Molins, l'avait alors décrite comme le groupe le plus dangereux depuis la vague d'attentats du milieu des années 1990.

Plusieurs des membres de ce groupe sont soupçonnés de l'attaque à la grenade d'un commerce juif à Sarcelles (Val-d'Oise) en septembre 2012. Lors de cette vague d'interpellations, avait été découvert du matériel pouvant servir à la fabrication d'une bombe dans un box utilisé par un leader présumé du groupe.