Circulation alternée: «Un effet positif sur la concentration de particules dans l’air», selon Airparif

Propos recueillis par Manuel Pavard

— 

 La circulation alternée a été mise en place ce lundi à Paris et dans 22 communes limitrophes.
 La circulation alternée a été mise en place ce lundi à Paris et dans 22 communes limitrophes. — V. WARTNER / 20 MINUTES

Conséquence de l’épisode de pollution exceptionnel de ces derniers jours, le gouvernement a imposé ce lundi la circulation alternée à Paris et dans 22 communes d’Ile-de-France, pour la première fois depuis 1997. Ne sont ainsi autorisées à circuler – sauf dérogation -, depuis 5h30 ce matin, que les voitures et motos au numéro d’immatriculation impair. Charlotte Songeur, ingénieur d’études à Airparif, l’agence régionale de surveillance de la qualité de l’air, juge l’efficacité et l’impact de cette mesure.

La mise en place de la circulation alternée était-elle justifiée?

On a quand même un épisode de pollution aux particules de 12 jours, avec des niveaux très importants, donc tout ce qui peut permettre de réduire les émissions aura un effet positif sur la concentration de particules dans l’air. Pour un épisode de pollution ponctuel et des journées d’urgence comme celle-ci, la circulation alternée est une première solution et on l’approuve. Après, pour lutter contre la pollution chronique, il faut penser à d’autres solutions sur l’année.

Peut-on évaluer l’impact précis de cette mesure sur la pollution de l’air?

Il faudra plusieurs jours pour évaluer l’impact de cette mesure, d’autant qu’on doit aussi prendre en compte les paramètres météorologiques. Il y a eu en effet plus de vent que prévu, ce qui fait baisser les niveaux. Dans l’agglomération parisienne, on évalue la contribution du trafic automobile sur la concentration de particules à 8% loin du trafic routier et à 48% à proximité du trafic. C’est une des sources de pollution principales, avec le chauffage au bois. En 1997, la circulation alternée, mise en place face à la pollution au dioxyde d’azote, avait permis une réduction de 20% des émissions de CO2 dans l’agglomération parisienne.

Le gouvernement a décidé de ne pas reconduire la circulation alternée ce mardi. La situation va-t-elle s’améliorer?

On ne prévoit pas de dépassement pour demain. A priori, on sortirait de l’épisode de pollution si la météo annoncée se maintient, avec du vent, des nuages et plus de perturbations. La météo sert de catalyseur: si elle est dispersive, elle balaye les polluants; si elle est bloquante, elle les maintient dans l’air. Pour demain, on anticipe un indice [de qualité de l’air] de 5 sur 10. En comparaison, on avait prévu 6 ou 7 aujourd’hui – ce qui est médiocre – et la semaine dernière, on a eu quatre jours avec un indice à 10.