Pollution de l'air: Quel bilan pour cette journée de circulation alternée en Ile-de-France?

TRANSPORTS La mesure ne sera pas reconduite. Des vents à 45 km/h sont attendus mardi après-midi, ce qui devrait chasser les particules fines…

W.M. avec AFP

— 

Des policiers contrôlent des véhicules alors que la circulation alternée est mise en place à Paris le 17 mars 2014
Des policiers contrôlent des véhicules alors que la circulation alternée est mise en place à Paris le 17 mars 2014 — François Guillot AFP

La capitale va--t-elle renouer avec ses bouchons, ses pots d’échappement et… ses particules fines? Philippe Martin, le ministre de l’écologie, a annoncé l’arrêt à minuit, lundi, de la mesure de la circulation alternée, mise en place tôt le matin. Tout au long de la journée, les véhicules aux plaques paires n’avaient pas le droit de circuler à Paris et en région parisienne. Une mesure rare, censée faire baisser les pics de pollution constatés ces derniers jours, et qui n’avait pas été prise depuis dix-sept ans.

» Revivez en direct cette journée de lundi, marquée par la mise en place de la circulation alternée

Quel bilan?

A en croire Philippe Martin, le bilan de la mesure a été «positif». Il a relevé que «les craintes de pagaille et de blocage de Paris nés du souvenir de 1997 ne se sont pas confirmées, bien au contraire», saluant «le civisme et la coopération des Franciliens» qui «ont respecté les règles du jeu»: «90% des véhicules en circulation dans la capitale avaient une plaque impaire». Pour veiller au respect de la mesure, quelque 700 policiers ont été mobilisés, sur une soixantaine de points de contrôle. Les automobilistes et motards bravant l’interdit étaient passibles d’une amende de 22 euros.

Lundi à 19h, la préfecture de police de Paris (PP) avait relevé 5.122 procès-verbaux pour non-respect de la circulation alternée à Paris et dans sa proche banlieue. Et le comportement de 51 contrevenants avait nécessité l’immobilisation administrative de leur véhicule. Le trafic a été réduit de 25 % dans la capitale ou sur les voies d’accès à celle-ci (25 % à 30 % selon les axes), et les ralentissements aux portes de Paris ont diminué de 60 % sur la période du matin.

Pourquoi arrêter la mesure?

Cette décision a été prise «au vu des résultats» qui montrent «une nette tendance à l’amélioration» de la pollution de l’air aux particules, a expliqué le ministre. Les niveaux de pollution aux particules seront mardi inférieurs au seuil d’alerte, a-t-il précisé.

» Interview: Circulation alternée: «Un effet positif sur la concentration de particules dans l’air», selon Airparif

Moins de bouchons

Il y a eu deux fois moins de bouchons que d’habitude. Selon la PP, il y a eu 60 % de congestion en moins sur les axes franciliens. A 9h, par exemple, il y avait 40 km de bouchons, contre 120 en temps normal. A 14h00, les bouchons étaient en baisse de 62 % par rapport à lundi dernier.

Et la gratuité des transports?

Elle a coûté cher. Environ quatre millions d’euros par jour de gratuité pour la région Ile-de-France, selon son président, Jean-Paul Huchon, qui va demander une aide de l’Etat. A Paris, les locations Autolib ont augmenté de 33 % pendant quatre jours. Et le nombre de tickets de courte durée de Vélib’a explosé de 61%. Dans la nuit de lundi à mardi, toutes les gratuités de transport cessent. Ainsi que le stationnement, qui redevient payant.

La pollution va-t-elle baisser?

Si le gouvernement attribue la baisse de la pollution aux mesures prises, les conditions météorologiques y sont aussi pour beaucoup. Mardi après-midi, le vent poussera à 45km/h en Ile-de-France, chassant ainsi les particules fines, premières responsables des pics de pollution de ces derniers jours.