Anglet: Les opérations de démantèlement du cargo Luno commencent

avec AFP

— 

Un cargo s'est échoué à Anglet, près du port de Bayonne, le 5 février 2014.
Un cargo s'est échoué à Anglet, près du port de Bayonne, le 5 février 2014. — GAIZKA IROZ / AFP

Les opérations de démantèlement du cargo espagnol Luno, brisé en trois début février sur la plage d'Anglet (Pyrénées-Atlantiques), ont débuté lundi matin avec le positionnement des engins engagés sur le chantier et d'ultimes repérages à l'aide d'un sonar.

Sous un ciel clair et par une mer très calme, aux antipodes de la houle de six à huit mètres qui sévissait quand le Luno s'est échoué le 5 février, 18 hommes de sociétés néerlandaises spécialisées, Svitzer et Koole, ont commencé par installer les engins dont une immense grue sur la digue, tout près d'un morceau de l'épave, dont le démantèlement devrait durer au minimum deux mois.

Sur la plage, sur un échafaudage de six mètres de haut, les hommes ont procédé à l'assemblage d'un véhicule amphibie qui aura pour mission d'aller chercher les morceaux d'épave sous la mer.

«Un mois de préparation minutieuse»

Un bateau de la société Casagec, bureau spécialisé en bathymétrie (étude de la topographie, du sol sous-marin), a tourné autour de la partie avant du Luno, encastrée sur la digue d'Anglet, de l'arrière du cargo où se trouve le «château» (poste de pilotage) en partie immergé, et aussi d'un tronçon de la partie centrale de l'épave.

Le premier acte de «déconstruction» à proprement parler, par l'intérieur de l'épave, devait débuter dans la journée. «Après un mois de préparation minutieuse, la première partie des opérations, qui consiste à évider la partie avant du bateau pour l'alléger, puis la tracter sur la plage pour achever sa déconstruction», devrait démarrer cet après-midi, a déclaré Guillaume Placé, directeur général des services de la ville d'Anglet.

Le cargo de 100 mètres de long s'était échoué à l'approche du port de Bayonne, une avarie moteur l'envoyant dériver dans la tempête, sur une digue où il s'est brisé en deux, puis en trois. Ses membres d'équipage avaient été hélitreuillés dans les heures suivantes dans des conditions difficiles, avec des vents atteignant 110 km/h.