Circulation alternée: «Il serait plus pertinent d'obliger les entreprises à mettre en place le télétravail»

TÉMOIGNAGES Les internautes de «20 Minutes» réagissent à la mise en place de la circulation alternée dans Paris et sa petite couronne...

Christine Laemmel

— 

Une plaque d'immatriculation, en 2009
Une plaque d'immatriculation, en 2009 — BAZIZ CHIBANE/SIPA

Annoncée ce week-end, en totale «improvisation» selon un internaute, la circulation alternée est en place dans Paris depuis 5h30 ce lundi et jusqu’à ce soir, au minimum. Tous les véhicules dont la plaque d’immatriculation est un nombre pair n’ont donc pas le droit de rouler aujourd’hui. Comment se déplacent les internautes concernés?

>> Continuez à nous raconter comment vous allez circuler ce lundi en réagissant dans les commentaires ou en nous écrivant à contribution@20minutes.fr.

Melyh refuse de se plier à l’injonction du gouvernement. «Ça me donne le choix entre 20 minutes de trajet en voiture ou plus de 2 heures en transport, explique cette internaute. Avant d’exiger des gens qu’ils prennent moins leurs voitures, assurons-nous que les transports sont fiables.» Une analyse malheureusement appuyée par la photo envoyée par N, ce lundi matin.

L’état du RER en Ile-de-France ce lundi 17 mars — N, internaute de «20 Minutes»

 

Même choix pour Marcelle qui a fait son calcul: «C’est 22 euros d’amende, ou une journée de travail non payée! met-il en balance dans les commentaires. Alors mon choix est vite fait.» Comme alternative, «interdite mais simple à faire», Guyom propose un arrangement avec son patron «pour pointer une note de frais de déplacement avec ton véhicule personnel équivalente à 22€». Bien «plus pertinent» que la circulation alternée selon un internaute, «obliger les entreprises qui en ont les moyens techniques à mettre en place le télétravail en cas de pic de pollution.»

 

 

Un autre a tenté le covoiturage, en embarquant deux passagers dans sa «voiture paire». Une fois la première personne déposée, il se fait contrôler par un policier, «qui n’a rien voulu entendre, raconte-t-il. Mauvaise foi ou zèle? Merci pour les 22 euros et le retour en RER.»

«Il faut nous laisser le temps de nous organiser»

Principal reproche fait pas les internautes, le manque de temps. «La décision a été prise un peu tard, écrit Manorala, il faut nous laisser le temps de nous organiser.» Mais la réaction des plus réfractaires aurait-elle été différente avec plus de temps? Lekhmervert en doute. «Personne ne souhaite faire un pas en avant pour faire évoluer la qualité de l’air, il faudra donc prendre des mesures pour solutionner ce problème de santé publique. De nombreuses personnes ont tout à fait une alternative, principalement en région parisienne, quitte à perdre du temps ou un peu de confort.»