Pollution: Guigou (PS) ne veut «pas que Paris devienne comme Pékin»

POLITIQUE Paris et 22 communes limitrophes ont redécouvert ce lundi à l'aube la circulation alternée, mesure inédite depuis 1997...

B.D. avec AFP

— 

Élisabeth Guigou, ex-garde des Sceaux (PS), interrogée jeudi sur les menaces de mort proférées contre le juge Jean-Michel Gentil, a parlé de "responsabilité des amis de Nicolas Sarkozy".
Élisabeth Guigou, ex-garde des Sceaux (PS), interrogée jeudi sur les menaces de mort proférées contre le juge Jean-Michel Gentil, a parlé de "responsabilité des amis de Nicolas Sarkozy". — Thomas Samson AFP

La députée et ex-ministre PS Elisabeth Guigou a approuvé ce lundi l'instauration de la circulation alternée, car elle ne veut pas que «Paris devienne comme Pékin».

«C'est une nécessité, quand on a vu les nuages de pollution sur Paris ces derniers jours, c'est effectivement très inquiétant», a argumenté l'élue de Seine-Saint-Denis sur i>TELE.

«La question du diesel est posée, certainement», a-t-elle poursuivi. «La desserte de la grande banlieue, c'est un vrai sujet, parce qu'il y a des gens qui habitent au fin fond de l'Essonne et ne peuvent pas venir au travail parce qu'il n'y a pas de transport en commun. Tout ce que nous faisons pour le Grand Paris, cela va dans ce sens-là.»

Cette mesure n'est-elle pas aussi un clin d'oeil aux écologistes? «C'est ce que dit l'opposition, mais enfin je ne crois pas que ce soit une mesure électoraliste», a répondu Elisabeth Guigou.