Pollution: Après Paris, les transports en commun deviennent gratuits à Lyon

SANTE Pour la première fois de leur histoire, les transports en commun lyonnais seront gratuits samedi et dimanche en raison de la pollution…

Caroline Girardon

— 

La ville de Lyon est régulièrement touchée par des épisodes de pollution comme en décembre 2013.
La ville de Lyon est régulièrement touchée par des épisodes de pollution comme en décembre 2013. — PASCAL FAYOLLE

Il aura fallu une journée de polémiques et une cascade de railleries sur la Toile pour que le Grand Lyon suive enfin l’exemple des autres villes françaises. Alors que l’agglomération lyonnaise suffoque depuis sept jours, asphyxiée par un épisode de pollution aux particules fines, la communauté urbaine a annoncé ce vendredi que le réseau des transports en commun sera gratuit samedi et dimanche. Et cela pour la première fois de son histoire.

Or, Lyon, troisième ville de France la plus polluée selon l’Organisation mondiale de la santé, tousse régulièrement. En décembre, elle avait enregistré un record de seize jours consécutifs de pollution. La préfecture du Rhône, qui a déclenché une alerte de niveau 1 jeudi, n’excluait pas de passer au niveau 2 ce vendredi.

Une réponse «symbolique mais inefficace»

Jusque-là, Gérard Collomb, président du Grand Lyon et candidat à sa propre succession, avait seulement proposé d’accorder une heure gratuite de vélo en libre-service, contre trente minutes habituellement. Une annonce qui a déclenché de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux. A dix jours du premier tour des élections municipales, Christophe Geourjon, qui fait campagne auprès de l’UMP Michel Havard, n’a pas manqué de s’engouffrer dans la brèche, soulevant le paradoxe de la situation. «Cette décision «gadget» va à l’encontre des politiques de santé publique, alors que la communauté médicale conseille aux habitants, et notamment les plus faibles, de limiter tout effort physique».

Eric Lafond, candidat modéré aux municipales, qui dénonce depuis longtemps la politique menée en matière d’environnement, estime néanmoins que cela ne suffit pas. «La gratuité des transports en commun est une réponse symbolique mais inefficace. Afin d’améliorer la qualité de l’air que nous respirons, il est essentiel de mettre en place une politique de mobilité avec des alternatives efficaces à la voiture comme l’augmentation du nombre de wagons dans les rames de métro, l’installation d’un Aérotram avant 2017, d’un parc de vélos électriques, de scooters électriques, l’optimisation des tarifs du Sytral etc.»

Une heure gratuite pour les voitures électriques

En réponse, le Sytral a annoncé que ce week-end, les lignes de tramways et de métros seraient renforcées de 20 %, et les lignes de bus de 15 %. Cent agents TCL supplémentaires seront également mobilisés pour gérer les flux. Le coût de ces mesures est évalué à un million d’euros.

Par ailleurs, Bluely, service de voitures électriques en libre-service, a annoncé la mise en place d’une heure gratuite pour les usagers, ce week-end également.

>> Alors que la pollution envahit le ciel français, comment réagissez-vous? Vous ne changez rien? Vous diminuez vos sorties? Vous avez arrêté votre footing quotidien? Vous avez stoppé les balades au parc avec votre bébé? Racontez-nous votre attitude en participant dans les commentaires ou écrivez-nous à contribution@20minutes.fr.