Ecoutes de Sarkozy: Les avocats parisiens préparent l’opération «Ecureuil»

JUSTICE C’est le plan du bâtonnier de Paris contre une éventuelle perquisition du conseil de l’ordre…

William Molinié
— 
Pierre-Olivier Sur est le bâtonnier de l'ordre des avocats de Paris.
Pierre-Olivier Sur est le bâtonnier de l'ordre des avocats de Paris. — PDN/SIPA

«Les écureuils, ce sont les juges qui cherchent les noisettes.» Pierre-Olivier Sûr, le bâtonnier de l’ordre des avocats de Paris, se prépare, non sans une certaine impertinence vis-à-vis de la magistrature, à une éventuelle perquisition du conseil de l’ordre par les juges en charge du dossier Sarkozy, apprend-on sur Le Figaro.

Quelques rumeurs ont suffi pour que le leader des avocats parisiens prépare ses arrières et monte en urgence le «plan écureuil». L’opération consisterait, en cas de perquisitions, à envoyer un SMS aux 21.000 membres du barreau avec le message suivant: «Perquisition en cours à l’ordre des avocats, venez immédiatement en robe protéger nos institutions et le secret de nos clients.»

3.000 avocats en 20 minutes

Autrement dit, les avocats seraient tous invités à venir faire obstruction physiquement à l’entrée des enquêteurs dans les locaux du barreau, situés place Dauphine derrière le palais de justice, et à les empêcher d'avoir ainsi accès aux 42 ordinateurs. «Dans les 20 minutes, ce sont 3.000 avocats qui devraient être présents, et au bout de deux heures, nous serons 10.000», déclare encore Pierre-Olivier Sûr au Figaro.

L’image de centaines de robes noires face aux forces de sécurité s’interposant pour que les juges puissent travailler aurait de quoi faire rire si elle ne véhiculait un mauvais exemple, venu de la part d’une profession qui n’a de cesse de rappeler les règles en matière de droit. D’ailleurs, le plan «écureuil» a agité les réseaux sociaux ce vendredi matin.

Rendez-vous à l’Elysée

Dans le scénario du bâtonnier, une éventuelle perquisition dans le cadre des écoutes de Nicolas Sarkozy serait possible puisque les juges soupçonneraient l’ancienne bâtonnière, Christiane Féral-Schuhl, d’avoir indiqué à Thierry Herzog, l’avocat de l’ancien président, l’existence d’écoutes de son client.

Depuis ces révélations, les avocats parisiens s’inquiètent du respect des droits de la défense, à savoir la confidentialité des conversations qu’ils entretiennent avec leurs clients. Pierre-Olivier Sûr a d’ailleurs fait monter la pression en demandant d’être reçu à l’Elysée. La promesse d’un rendez-vous lui a été faite.