«Mur des cons»: La présidente du Syndicat de la magistrature mise en examen

JUSTICE Elle aurait été visée par douze plaintes de personnalités épinglées sur ce «mur»...

Anne-Laetitia Beraud
— 
Le «mur des cons», dans un local du Syndicat de la magistrature.
Le «mur des cons», dans un local du Syndicat de la magistrature. — Capture d'écran

Un peu moins d'un an après la polémique du «mur des cons», la présidente du Syndicat de la magistrature (SM) Françoise Martres a été mise en examen le 17 février pour «injures publiques» par la doyenne des juges, Sylvia Zimmermann. Elle aurait été visée par douze plaintes de personnalités épinglées sur ce «mur».

Le «mur des cons» était le titre d’un panneau de photos de personnalités politiques (essentiellement de droite) mais aussi des journalistes, affiché dans les locaux du syndicat. Figuraient notamment Nicolas Sarkozy, les ministres Eric Woerth, Nadine Morano et Brice Hortefeux, mais aussi les journalistes Etienne Mougeotte, Yves Thréard et Eric Zemmour. Révélé par une vidéo (en caméra cachée) d’un journaliste de France 3 le 23 avril 2013, ce panneau avait alors fait grand bruit, la droite dénonçant «un scandale».

Le SM est une organisation syndicale classée à gauche. A l’époque de la révélation de ce «mur», elle s’était défendu en soulignant que ce panneau est situé dans un local syndical privé.