Le printemps est arrivé... et c'est parti pour durer!

MÉTÉO ec des températures au-dessus des normales de saison, le printemps arrive légèrement en avance grâce à une alliance entre l’anticyclone des Açores et l’anticyclone russe...

Romain Lescurieux

— 

Météo-France à Toulouse, le 4 mars 2014
Météo-France à Toulouse, le 4 mars 2014 — Eric Cabanis AFP

Il est là! Le printemps débarque deux semaines plus tôt que prévu et devrait ravir les amoureux des jardins, des parcs et des terrasses. En effet, la douceur s’invite sur tout le territoire. Cet après-midi, le baromètre affrichera 15 °C à Paris, 16 °C à Bordeaux et à Marseille, 13 °C à Lille. Et le week-end devrait continuer sur cette lancée, voire mieux: 17°C en Île-de-France samedi et dimanche, 20°C en Aquitaine. Toutefois, rien de surprenant pour Météo France: «le printemps météorologique commence le 1er mars», affirment les spécialistes.

Bonne nouvelle: «L’anticyclone des Açores va rester à proximité du pays»

«Nous sommes rentrés mercredi dans une séquence de beau temps durable», explique François Jobard, prévisionniste chez Météo France. «Durable» grâce au fameux anticyclone des Açores «qui va rester à proximité du pays entre la mer du nord et les îles britanniques, tout en faisant une jonction avec l’anticyclone russe formant ainsi une muraille pour préserver un temps sec et ensoleillé», assure-t-il.

>> Retrouvez par ici notre décryptage Paris connaît-il un été historiquement chaud?

Un temps comme celui de ces jours-ci n’était pas arrivé «depuis la première quinzaine de décembre», note Météo France. Une succession de perturbations a ensuite sévi jusqu’à fin février. C’est du passé. Désormais, le temps est au-dessus des normales de saisons mais en dessous des records, de deux degrés en moyenne. «Nous sommes plus proches d’un temps de fin avril début mai qui devrait se poursuivre au moins jusqu’à la fin de la semaine prochaine», commente François Jobard.

«La vague de froid tardive est quasi-impossible»

Ce printemps légèrement précoce est dans la continuité d’un hiver doux. En effet, l’hiver 2013/2014 figure parmi les trois plus chauds en France depuis 1900. Avec par exemple 7,8 °C de moyenne en janvier cette année. «C’est environ 2 °C de plus que les moyennes traditionnelles», précisait en février, Julien Desplat, responsable des études climatologiques à Paris pour Météo France.

«Un début de dégradation pourrait arriver aux alentours du 15 mars», poursuit François Jobard. Mais rien de méchant. En février, il n’était pas impossible que la neige fasse son apparition dans le courant du mois de mars, précisait Julien Despalt. «Ce n’est pas parce qu’on a eu un hiver doux que l’on va bénéficier d’un bel été. Il n’existe pas aujourd’hui de liens scientifiques qui permettent de faire le lien entre les deux», commentait-il. Mais désormais Météo France l’assure «la vague de froid tardive est quasi-impossible».