Bygmalion annonce une nouvelle plainte en diffamation contre «Le Point»

JUSTICE Un article du Point suggère que la société a pu facturer des formations fictives aux élus locaux, payées par les collectivités locales...

avec AFP

— 

Bastien Millot, cofondateur de Bygmalion, le 8 février 2012.
Bastien Millot, cofondateur de Bygmalion, le 8 février 2012. — BALTEL/SIPA

La société de communication Bygmalion, prestataire de l'UMP, a annoncé ce jeudi une nouvelle plainte en diffamation contre Le Point.fr, pour un article affirmant qu'elle «capte l'argent de la formation des élus», a indiqué son avocat, Me Patrick Maisonneuve.

Bygmalion, fondée par Bastien Millot et Guy Alvès, deux proches du patron de l'UMP Jean-François Copé, a déjà été visée la semaine dernière par une enquête de l'hebdomadaire sur de supposées surfacturations au détriment du parti de droite. Jean-François Copé et Bygmalion ont déposé des plaintes en diffamation après la publication de cette enquête.

Cette fois, l'article visé sur le site Internet du Point suggère que la société a pu facturer des formations fictives aux élus locaux, payées par les collectivités locales. Dans un communiqué, Me Patrick Maisonneuve estime que l'article met «de nouveau gravement en cause la société Bygmalion». «La société Bygmalion dépose plainte une nouvelle fois pour diffamation à l'encontre du journal Le Point», ajoute l'avocat.