Près d'une femme sur deux pense qu'il est normal d'assumer plus de tâches domestiques que son conjoint

SOCIETE Selon un sondage Ipsos* réalisé pour Sarenza, 68% des femmes interrogées estiment en faire plus que les hommes à la maison, et 44% des hommes reconnaissant en faire moins...

Delphine Bancaud

— 

Depuis 25 ans, les femmes font moins les courses et le ménage, mais consacrent toujours plus de temps aux tâches domestiques que les hommes, qui ne mettent pas davantage la main à la pâte.
Depuis 25 ans, les femmes font moins les courses et le ménage, mais consacrent toujours plus de temps aux tâches domestiques que les hommes, qui ne mettent pas davantage la main à la pâte. — Mychele Daniau afp.com

Les clichés sexistes ont décidément la vie dure. Plusieurs études de l’Insee montrent que la répartition des tâches domestiques reste inégale au sein des couples. Mais constat étonnant: certaines femmes auraient totalement accepté cet état de fait. Ainsi, selon un sondage Ipsos* réalisé pour l’entreprise Sarenza et révélé ce mercredi, près d’une femme sur deux (48%) pense qu’il est normal d’en faire plus que son conjoint à la maison.

Selon l’étude, 68% des femmes interrogées estiment en faire plus que les hommes à la maison, et 44% des hommes reconnaissant en faire moins.

Seule l’éducation des enfants semble être majoritairement une affaire de couple: 67% des hommes et 52% des femmes interrogées estiment que leur conjoint en fait autant qu’eux pour «aider les enfants à avoir confiance en eux». Faire preuve d’autorité avec les enfants semble également mieux partagé que les autres tâches du quotidien: 51 % des hommes et 46 % des femmes disent que leur conjoint s’en charge autant.

Des excuses masculines à la pelle

Mais les tâches ménagères restent l’apanage des femmes. La seule largement assumée par les hommes consiste à sortir les poubelles: 54% des femmes reconnaissent que leur conjoint le fait plus souvent qu’elles. Les excuses les plus souvent utilisées par les hommes pour éviter une tâche domestique sont, selon les femmes: «Je le ferai, mais plus tard», «je fais d’autres choses dans la maison», «je n’ai pas le temps» ou encore «je le fais moins bien que toi».

45% des femmes pensent qu’elles seraient plus épanouies dans leur vie professionnelle si les tâches domestiques étaient réparties plus équitablement, 55% répondant par la négative. 52% des hommes affirment être prêts s’impliquer davantage dans les tâches domestiques, mais 65% des femmes pensent qu’un tel engagement ne serait pas tenu.

55% des hommes disent qu’ils seraient prêts à faire plus d’effort pour sortir les poubelles, 49% pour faire les courses et passer l’aspirateur, 42% pour cuisiner, 41% pour faire la vaisselle. Mais seuls 13% seraient prêts à davantage rester à la maison lorsqu’un enfant est malade, 10% à davantage laver ou changer les enfants et 8% à les amener chez le médecin.

*Sondage effectué par Internet du 12 au 18 février, auprès d’un échantillon de 1.007 personnes, représentatif de la population active française de 18 à 65 ans et vivant en couple.