Moselle: Une étudiante de 19 ans meurt d'une méningite

SANTE Les personnes susceptibles d'avoir été en contact rapproché avec la victime ont été identifiées et traitées...

avec AFP

— 

Illustration d'une jeune femme se faisant vaciner contre la méningite
Illustration d'une jeune femme se faisant vaciner contre la méningite — NIKO/SIPA

Une étudiante en droit de 19 ans est morte dimanche dans un hôpital de Thionville (Moselle), des suites d'une méningite à méningocoque, a annoncé ce lundi l'Agence régionale de santé (ARS) de Lorraine dans un communiqué. Les personnes susceptibles d'avoir été en contact rapproché avec elle ont été identifiées et se sont vues délivrer un traitement antibiotique approprié, précise l'ARS.

Le méningocoque se transmet d'une personne à l'autre, par l'intermédiaire des postillons et lors de contacts directs, proches, prolongés ou répétés, mais il ne survit pas en dehors du corps humain, ni dans l'air ni sur les objets, d'où un «très faible risque de transmission» dans les lieux publics, rappelle l'ARS.

Selon le site Internet d'information dédié aux infections à méningocoque, la maladie peut être détectée par l'un des signes suivants: une fièvre élevée mal supportée, une ou plusieurs taches rouges ou violacées sur la peau.

Il y a une dizaine de jours,  c'est à Nice (Alpes-Maritimes) que trois hommes jeunes sont décédés en deux jours, victimes du même type de symptôme.