Santé: Une nouvelle machine pour lutter contre le cancer de la prostate

SANTE La clinique Nantes Atlantis teste un traitement innovant...

A Nantes, Julie Urbach

— 

Capture d'écran du compte Facebook de Movember, qui propose de se laisser pousser la moustache au mois de novembre pour sensibiliser au cancer de la prostate.
Capture d'écran du compte Facebook de Movember, qui propose de se laisser pousser la moustache au mois de novembre pour sensibiliser au cancer de la prostate. — 20 MINUTES

La cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent chez l’homme et près de 72.000 cas sont diagnostiqués chaque année.

>> Retrouvez par ici les détails du 3e plan cancer de François Hollande

Un traitement par ultra-sons

Pour améliorer le traitement du cancer de la prostate, la clinique urologique Nantes Atlantis vient de faire l’aquisition d’une nouvelle machine dite «révolutionnaire». Deuxième centre en France à l’expérimenter, après l’hôpital Edouard-Herriot à Lyon, il propose un traitement par ultrasons et une méthode de thérapie focale. Quarante patients ont été sélectionnés pour bénéficier de cette innovation, dans les trois prochains mois.

>> Cancer de la prostate: le dépistage sans utilité?

Moins d'effets secondaires

«Auparavant, on avait tendance à enlever toute la prostate en cas de cancer, explique l’équipe médicale. Or, chez certains patients, le cancer est localisé: pour ceux-là, nous allons pouvoir agir beaucoup plus finement sur la zone concernée, que l’on arrive de mieux en mieux à cibler.»

>> Se reconstruire après un cancer: nos conseils par ici

Si l’efficacité du traitement sur la guérison n’a pas encore été évaluée, la machine permettra déjà d’amoindrir fortement les effets secondaires (incontinence, impuissance) des traitements traditionnels de cette glande, située sous la vessie. «C’est indispensable, surtout pour les jeunes qui sont de plus en plus touchés, certains dès l’âge de 40 ans», estime Catherine, membre de l’association des patients atteints de la maladie. A terme, la clinique souhaiterait se rapprocher d’autres centres nantais pour une utilisation commune de l’appareil. Le procédé pourrait aussi se développer pour soigner d’autres cancers localisés, comme celui du foie.

Technique française

La machine mise au point par Edap TMS, société lyonnaise, importe l’ IRM sur un écran, qui indique la zone à traiter. Elle permet aussi de contrôler directement la réaction aux utlrasons, et corriger si besoin.