Une conférence de presse pour «restituer l’honneur des frères Bogdanoff»

JUSTICE En janvier, le parquet du tribunal de Versailles avait requis trois mois de prison avec sursis et une amende de 10.000 euros à l'encontre d’Igor Bogdanoff pour un défaut de licence de pilotage et des falsifications de son carnet de vol…

M.B.
— 
Igor Bogdanoff, le 5 mai 2010, à Paris.
Igor Bogdanoff, le 5 mai 2010, à Paris. — GHNASSIA ANTHONY/SIPA

Opération contre-attaque. Fin janvier, le parquet du tribunal de Versailles (Yvelines) avait requis trois mois de prison avec sursis et une amende de 10.000 euros à l'encontre d’Igor Bogdanoff pour défaut de licence de pilotage et falsifications de son carnet de vol. Après avoir réfuté lors de  l'audience l'ensemble des infractions relevées par l’enquête, l'animateur télé et essayiste va dénoncer mardi lors d’une conférence de presse  une investigation qualifiée de «malhonnête».

Petit rappel des faits. En septembre 2012, à l'occasion de la sortie d'un de leurs livres, Igor et son frère jumeau Grichka avaient décidé de faire un coup médiatique en se posant sur le parking d'un centre commercial d'Etampes (Essonne). Mais l'autorisation de se poser en zone urbaine leur avait été refusée par la préfecture et suscité les interrogations des policiers.

«Fausseté total» du rapport d’enquête, plaide l’avocat

Contacté par 20 Minutes, l’avocat d’Igor Bogdanoff, Me Serge Conti se dit convaincu que son client n’a commis «aucune infraction» reprochée à savoir «faux» et «usages de faux» de document administratif et «défaut de licence aéronautique». A ses yeux, l’agent de la police de l'air et des frontières «a voulu se payer un Bogdanoff». Il dit d’ailleurs avoir obtenu entre temps, les preuves de «la fausseté total» du rapport d’enquête qui a trompé la hiérarchie policière et le parquet. Alors que le jugement a été mis en délibéré au 3 mars, Me Serge Conti anticipe donc «une relaxe inéluctable».

Dans ce contexte, la conférence de presse de demain vise «à restituer l’honneur des frères Bogdanoff mis à mal par la justice médiatique», explique Me Serge Conti «Il est douloureux, inconcevable d'être traité comme un délinquant. Ça va être une catastrophe quand je vais dire ça à Grichka», avait lâché à cette occasion Igor Bogdanoff. Selon Me Serge Conti, de nombreux journaux ont alors indiqué à tort qu’Igor avait été condamné à trois mois de prison alors qu’ il s’agissait seulement des réquisitions du parquet.

Thèses scientifiques controversées

Si Igor et Grichka Bogdanoff se sont rendus célèbres par leurs émissions télévisées sur la science et la science-fiction, leurs thèses scientifiques sont controversées. En mars 2012, un chercheur du CNRS, revendiquant le droit à la critique, avait été condamné par le tribunal de Paris pour avoir publié sur internet un projet de thèse de Grichka Bogdanoff, en violation du droit d'auteur. Une décision dénoncée dans la foulée par quelques 170 chercheurs. Dans une lettre, ils rappelaient à leurs yeux «que l'analyse détaillée des thèses et articles publiés par les frères Bogdanov a montré à l'envi qu'ils n'ont pas de valeur scientifique.»

>> Polémique sur les thèses d'Igor et Grichka Bogdanoff