Accusations de viol: Retour sur l’affaire Iacono, une histoire familiale et judiciaire

RÉTROSPECTIVE 'ancien maire de Vence a été condamné pour le viol de son petit-fils, qui a depuis retiré ses accusations. Il pourrait faire l’objet d’un procès en révision...

E.O.
— 
En juin 2011, Christian Iacono avait bénéficié d'une liberté conditionnelle.
En juin 2011, Christian Iacono avait bénéficié d'une liberté conditionnelle. — A. SELVI / ARCHIVES ANP / 20 MINUTES

Christian Iacono, ancien maire UMP de Vence,  saura ce mardi si la justice accepte d’annuler sa condamnation à neuf ans de prison pour le viol de son petit-fils Gabriel, qui a depuis retiré ses accusations. La Cour de révision doit en effet décider si elle ordonne un nouveau procès qui permettrait à l’homme de 79 ans, actuellement en libération conditionnelle, d’être blanchi. Un nouvel épisode dans cette affaire judiciaire et familiale longue de près de 20 ans.

1996-1998

Gabriel Iacono évoque des viols de la part de son grand-père pendant cette période, dans la villa familiale de Vence, dans les Alpes-Maritimes. L’enfant a alors entre 5 et 8 ans.

Juin 2000

Le garçon parle. Il raconte les agressions sexuelles dont il aurait été victime, incrimine Christian Iacono et un de ses amis, qui l’auraient également photographié nu.

Juillet - Octobre 2000

En détention depuis juillet 2000, Christian Iacono est libéré en octobre de cette même année et placé sous contrôle judiciaire.

Avril 2009

Christian Iacono, maire de Vence, est condamné à 9 ans de prison par la Cour d’assises des Alpes-Maritimes pour le viol de son petit-fils. Il est incarcéré mais fait appel de la décision. L’ami que Gabriel avait désigné comme complice est acquitté. En août 2009, Christian Iacono démissionne de son mandat de maire. Il est libéré sous caution en octobre.

Février 2011

La Cour d’appel des Bouches-du-Rhône confirme la condamnation de l’ancien maire à 9 ans de prison. Christian Iacono retourne en prison. Il annonce qu’il saisit la Cour de cassation.

Mai 2011

Coup de théâtre: Gabriel Iacono, désormais âgé de 20 ans, se rétracte subitement. Il envoie un courrier au parquet de Grasse, expliquant que son grand-père ne l’a jamais violé. «Je n’ai pas envie qu’il passe un jour de plus en prison alors qu’il est innocent», », indique-t-il dans une interview à Nice-Matin. Le jeune homme affirme avoir bien subi des viols mais dit ignorer qui l’a agressé. «J’ai peut-être effectué une transposition, désigné mon grand-père à la place de quelqu’un d’autre.»

Juin 2011

Christian Iacono bénéficie d’une libération conditionnelle. Mais en novembre, la Cour de cassation rejette son pourvoi, ce qui rend définitive la condamnation de l’ancien élu à 9 ans de détention et l’oblige à retourner en prison. En janvier 2012, il se constitue donc prisonnier et retrouve la prison de Grasse.

Février-avril 2012

Gabriel Iacono mène une grève de la faim pendant deux jours, pour demander la libération de son grand-père. Celle-ci intervient en avril: Christian Iacono est mis en liberté sous contrôle judiciaire, avec interdiction de s’exprimer dans les médias. Il  a passé en tout 16 mois en prison depuis 2000.

Juillet 2013

Christian Iacono obtient la saisine de la Cour de révision – la seule à pouvoir désormais annuler sa condamnation et ordonné un nouveau procès – malgré l’avis négatif de l’avocat général.

Février 2014

Au cours de l’audience devant la Cour de révision, Gabriel Iacono demande à nouveau pardon à son grand-père et à la justice.

La Cour doit maintenant décider si un procès en révision doit se tenir. Depuis 1945, seuls huit procès de ce type se sont tenus et ont vu l’acquittement des personnes originellement condamnées – on peut citer les cas retentissants de Patrick Dils, accusé du  double meurtre de Montigny-les-Metz, ou de Marc Machin, condamné pour le meurtre du pont de Neuilly. Un seul cas de procès en révision d’un homme condamné pour viol a eu lieu: celui de Loïc Sécher, en 2011.