Harlem Désir, durant les voeux à la presse du PS à Paris, le 16 janvier 2014.
Harlem Désir, durant les voeux à la presse du PS à Paris, le 16 janvier 2014. — MEUNIER AURELIEN/SIPA

POLITIQUE

Présidentielle 2017: Sarkozy ne doit pas «se faire d'illusions», selon Harlem Désir

Le Premier secrétaire du PS était l'invité d'I Télé, ce lundi...

Harlem Désir, le premier secrétaire du Parti Socialiste, a assuré lundi au sujet de Nicolas Sarkozy que les Français n'avaient «rien oublié» de son bilan et que celui-ci le desservirait si l'ancien président revenait dans la course électorale.

«Il ne faut pas qu'il se fasse d'illusions. Les Français n'ont rien oublié de son bilan, il n'ont pas oublié le million de chômeurs qu'il a laissé, les 600 milliards de dettes, ils n'ont pas oublié le discours de Dakar, ils n'ont pas oublié Khadafi avec sa tente dans les palais de la République, ils n'ont pas oublié Bachar el-Assad invité le 14 juillet, ils n'ont pas oublié le discours sur l'identité nationale», a déclaré Harlem Désir, invité d'I TELE.

 

Harlem Désir : "je ne pense pas qu'il y ait de nostalgie Sarkozy" - L'invité de Bruce Toussaint

 

«Je ne pense pas qu'il y ait une nostalgie Sarkozy»

Si M. Sarkozy, «qui n'est jamais parti», souhaite être de nouveau candidat, «qu'il le dise. Mais franchement, son bilan ne le servira pas», a ajouté le premier secrétaire du PS.

«Je ne pense pas qu'il y ait une nostalgie Sarkozy. Le problème de la France aujourd'hui est de sortir de dix années qui ont été dix années de recul industriel, de la compétitivité, de l'emploi, de l'école», a-t-il estimé.

Interrogé sur le risque d'une lourde défaite pour la majorité aux élections municipales, Harlem Désir a notamment répondu que «la droite et l'extrême droite veulent en faire une occasion de revanche et une sorte de référendum anti-François Hollande» alors que l'objet de l'élection est de «choisir des maires, des équipes municipales pour six ans.»