Les députés FN cosignent une proposition de loi qui rend possible la destitution de Hollande

avec AFP

— 

Les députés FN Marion Maréchal-Le Pen et Gilbert Collard ont annoncé mercredi avoir cosigné une proposition de loi organique du député du Vaucluse Jacques Bompard, par laquelle celui-ci entend aboutir à la destitution de François Hollande, même s'ils disent ne pas partager cet objectif.

Cet élu d'extrême droite a déposé une PPL organique visant juridiquement à rendre applicable la procédure de destitution du chef de l'Etat, qui découle de la réforme constitutionnelle de 2007 mais qui n'a pas encore été définie.

Les députés avaient adopté en janvier 2012 un projet de loi organique établissant les modalités pratiques de cette procédure, mais le texte est depuis resté en souffrance au Sénat, malgré l'engagement 47 de François Hollande de «réformer le statut pénal de chef de l'Etat» s'il était élu.

Interrogé par l'AFP, M. Bompard a confirmé que son objectif avec cette PPL était la destitution de François Hollande : «Oui, le système est bloqué, on a un pouvoir ultra-minoritaire. Enlever l'éducation des enfants, vouloir leur enlever tout l'aspect naturel de la vie, c'est révolutionnaire». «Il faut changer les choses, et tout ce qui peut contribuer à permettre démocratiquement de changer les choses est une avancée dans cette démocratie qui ne fonctionne plus», a-t-il ajouté.

«Question juridique»

Mais l'entourage de Marion Maréchal-Le Pen a indiqué à l'AFP que celle-ci s'intéressait «juste à une question juridique», celle de rendre applicable la Constitution. «Elle ne cherche pas à destituer François Hollande. De son point de vue, les conditions ne sont pas réunies, il n'y a pas de manquement graves» de la part du président, a-t-on affirmé.

Partagez-vous cet objectif de la destitution de François Hollande ? «Non», a également répondu Gilbert Collard, interrogé par l'AFP.

Le dépôt de la PPL organique de M. Bompard fait suite au jeûne dans lequel Béatrice Bourges, responsable du Printemps Français, groupe d'opposants radicaux au mariage homosexuel, s'était lancée afin d'obtenir le départ de M. Hollande.

Mme Bourges était alors accompagnée par Josyane Solari, candidate FN aux législatives 2012 dans les Bouches-du-Rhône et déléguée régionale du SIEL (Souverainetés, indépendance et libertés), un micro-parti allié au FN au sein du Rassemblement bleu marine. Marion Maréchal-Le Pen, mais aussi Jean-Marie Le Pen, lui avaient alors rendu visite.

Mme Bourges avait arrêté après un peu plus d'une semaine, suite au dépôt par M. Bompard de cette PPL organique, estimant ses revendications satisfaites.