Gel des primes et avancements des fonctionnaires «sur la table»

POLITIQUE C'est ce qu'a affirmé Le président du groupe PS à l'Assemblée nationale, Bruno Le Roux, avant de corriger plus tard ses propos...

20 Minutes avec AFP
— 
Des centaines de professionnels de la culture ont défilé lundi pour protester contre les coupes budgétaires lundi 10 février 2014.
Des centaines de professionnels de la culture ont défilé lundi pour protester contre les coupes budgétaires lundi 10 février 2014. — ERIC FEFERBERG

  Le président  du groupe PS à l'Assemblée nationale  Bruno Le Roux a affirmé mercredi  que le gel des primes et avancements  des fonctionnaires était bien «sur  la table», avant de corriger un peu  plus tard ses propos.

Interrogé à Questions d'Info (LCP/Le Monde/France Info/AFP)  sur  cette proposition attribuée par la presse à Vincent Peillon, Bruno  Le  Roux a d'abord rappelé que le ministre de l'Éducation avait «démenti»   l'avoir faite. «C'est sur la table. Bernard Cazeneuve le propose aux   ministres», lui objectent les journalistes. «Je sais que c'est sur la   table. Je sais que Bernard Cazeneuve aujourd'hui envisage ces mesures,   pour ensuite nous faire la proposition, au Premier ministre, au   président de la République et à la majorité (...)», a répondu Bruno Le   Roux.

Un peu plus tard, le patron des députés PS a affirmé à l'AFP  avoir  voulu dire qu'il y «a des sujets qui sont sur la table dont  peut-être  celui-là». En tout état de cause, si cette hypothèse de gel  était  proposée «j'y serais défavorable», a poursuivi Bruno Le Roux. «Je dis,  d'ores et déjà ici, que dans la fonction publique,  dans toutes les  fonctions publiques, celle de l'éducation comme toutes  les autres, je  serai attentif aux fonctionnaires qui sont aujourd'hui  les plus  modestes, et notamment les fonctionnaires de catégorie C»,  avait-il dit  à Questions d'Info.

Le ministre du Budget ne fait pas de commentaire

Interrogé, l'entourage du ministre délégué au  Budget a  assuré que «Bernard Cazeneuve ne fait pas de commentaire, il   travaille». «Nous sommes au début d'un processus, pas à la fin, donc ce   qui est raconté ne correspond pas à la réalité», a-t-on ajouté de même   source.

La polémique avait fait rage la semaine dernière, quand Les  Échos et  Le Figaro avaient attribué à Vincent Peillon la proposition de  geler  l'avancement et les promotions de l'ensemble des fonctionnaires.   L'intéressé avait aussitôt démenti ces propos, suivi du Premier   ministre.

Vendredi, à la suite de cette polémique, M. Cazeneuve avait  déclaré que «les fonctionnaires ont déjà fait beaucoup  d'économies, la  stabilisation du point (d'indice, ndlr), la  stabilisation des  effectifs». Le gouvernement est à la recherche de 53 milliards d'euros  d'économies en trois ans.