Le Pen veut déchoir les djihadistes français de leur nationalité

POLITIQUE La présidente du Front national souhaite que cette sanction fasse «partie de l'arsenal juridique»...

avec AFP

— 

Marine Le Pen, la présidente du Front national, le 21 janvier 2014 à Paris.
Marine Le Pen, la présidente du Front national, le 21 janvier 2014 à Paris. — AFP PHOTO/BERTRAND GUAY

La présidente du Front national Marine Le Pen prône de déchoir de leur nationalité les Français qui combattent en Syrie aux côtés des rebelles jihadistes.

«On pourrait décider de la déchéance de leur nationalité pour ceux qui vont effectivement combattre aux côtés des jihadistes», a estimé l'eurodéputée lundi sur Europe 1.

«En Grande-Bretagne, ils ont décidé de les condamner à la déchéance de leur nationalité dans ces conditions, je trouve que c'est une très bonne proposition, qui ne doit peut-être pas être appliquée aux mineurs», a-t-elle nuancé, souhaitant que cette sanction fasse «partie de l'arsenal juridique».

700 Français impliqués

Réagissant au témoignage d'un jihadiste français en Syrie, Marine Le Pen a pointé le gouvernement du doigt: «Il est évident que ces jeunes ne comprennent pas pourquoi on leur reproche d'aller se battre aux côtés des rebelles fondamentalistes alors même que le gouvernement français les a soutenus, que ce soit en Libye ou que ce soit en Syrie. (...) Le message qui est lancé est totalement contradictoire».

La présidente du Front national s'est aussi attaquée à «l'immigration massive, l'immigration dérégulée» qui «permet de laisser passer des fondamentalistes qui oeuvrent dans les quartiers, qui organisent des noyaux, qui recrutent semble-t-il dans l'impuissance du gouvernement à les détecter, à les réguler, à les combattre».

Le ministère de l'Intérieur recensait en janvier près de 700 Français, ou personnes résidant en France, impliqués ou ayant été impliqués dans le conflit syrien.