VIDEO. Copé s'indigne contre le livre «Tous à poil» recommandé à l'école selon lui

POLITIQUE Le président de l'UMP Jean-François Copé a brandi, dimanche, ce livre en accusant le gouvernement d'être «pétri d'idéologie»...

D.B. avec AFP

— 

Le président de l'UMP, Jean-François Copé, présente ses vœux, le 8 janvier au siège du parti, à Paris.
Le président de l'UMP, Jean-François Copé, présente ses vœux, le 8 janvier au siège du parti, à Paris. — no credit

Il n'a pas eu un poil d'humour sur ce coup-là. Jean-François Copé, président de l'UMP, a brandi dimanche un livre sur le plateau du Grand Jury (RTL-LCI-Le Figaro) qu'il a présenté comme «recommandé aux enseignants» pour les classes primaires

Le député-maire de Meaux a feuilleté  Tous à poil, en se demandant s'il fallait «en sourire», commentant avec ironie cet ouvrage illustré. «Quand j'ai vu ça, mon sang n'a fait qu'un tour».

«Ca vient du centre de documentation pédagogique, ça fait partie de la liste des livres recommandés aux enseignants pour faire la classe aux enfants de primaire», a déclaré Jean-François Copé.«On ne sait pas s'il faut sourire, mais comme c'est nos enfants, on n'a pas envie de sourire», a poursuivi l'ancien ministre en tournant les pages : «A poil le bébé, à poil la baby-sitter, à poil les voisins, à poil la mamie, à poil le chien...»

Cécile Duflot réagit sur Twitter

«A poil la maîtresse...vous voyez, c'est bien pour l'autorité des professeurs !», a encore commenté Jean-François Copé.«Il y a un moment où il va falloir qu'à Paris on atterrisse sur ce qui est en train de se faire dans ce pays», a-t-il ajouté. «Le rôle des reponsables de l'UMP, c'est de dire ça suffit», a ajouté Jean-François Copé en accusant le gouvernement d'être «pétri d'idéologie».

Des commentaires de Jean-François Copé qui ont suscité l'ronie de la ministre du Logement Cécile Duflot sur Twitter, rappelant qu'il s'agissait d'un classique de la littérature enfantine.

Pour son éditeur, le livre Tous à poil entend «dédramatiser la nudité, sujet trop souvent tabou». En mettant en scène une série de personnages, du PDG à la boulangère, en train de se déshabiller, il veut lutter contre les complexes et  aider à «accepter la diversité des corps».