Alcool, tabac et cannabis, un cocktail qui séduit toujours trop les adolescents

SANTE Un rapport s'inquiète de la consommation forte de ces produits toxiques chez les jeunes...

avec AFP
— 
Des jeunes et des bouteilles d'alcool, place de la République à Strasbourg, le 2 juillet 2012
Des jeunes et des bouteilles d'alcool, place de la République à Strasbourg, le 2 juillet 2012 — VARELA/20 MINUTES/SIPA

La consommation d'alcool, tabac et cannabis chez les adolescents reste importante en France, souligne un rapport publié jeudi qui préconise de cibler en priorité ces trois produits dans les campagnes de prévention auprès des jeunes. 

Les niveaux de consommation d'alcool, tabac et cannabis «demeurent élevés chez les adolescents en dépit de la réglementation visant à limiter l'accès à ces produits et des campagnes de préventions répétées», constate ce rapport d'experts, rédigé sous l'égide de l'Inserm à la demande de la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (Mildt).

Ces experts préconisent de «cibler en priorité» l'action sur ces trois produits (alcool, tabac, cannabis) afin de prévenir ou retarder l'âge d'initiation à ces substances. Le rapport souligne notamment l'augmentation des phénomènes de prise ponctuelle et excessive d'alcool ou «binge drinking» (au moins cinq verres en une seule occasion) chez les ados.

 Seuls 6,6% des adolescents âgés de 17 ans n'ont rien expérimentés

Or ils sont plus sensibles que les adultes aux effets neurotoxiques de l'alcool, ainsi qu'à ceux du cannabis, car «le cerveau poursuit d'importantes étapes de maturation entre 15 et 25 ans». Seuls 6,6% des adolescents âgés de 17 ans n'ont expérimenté aucun des trois principaux produits: alcool, tabac, cannabis.

L'alcool est la substance psychoactive dont l'expérimentation est la plus précoce: 58 % des élèves de 11 ans reconnaissaient en 2010 avoir déjà bu une boisson alcoolisée, proportion qui atteint 91% des garçons et filles à la fin de l'adolescence en 2011. Quel que soit le produit, la précocité de l'expérimentation et l'entrée dans la consommation accroissent les risques de dépendance ultérieure et plus généralement les dommages qui en découlent.

Les effets neurotoxiques de l'alcool, notamment du binge drinking, retentissent au niveau de la structure du cerveau (génération de nouveaux neurones...) mais aussi sur des fonctions comme la mémoire ou l'apprentissage, avertissent les experts. Le tabac reste le premier produit psychoactif consommé quotidiennement à l'adolescence. La France se situe en 2011 parmi les pays européens où la fréquence du tabagisme chez les adolescents de 16 ans est la plus élevée.

Troubles psychiatriques

Pour sa part, le cannabis est le premier produit psychoactif illicite consommé à l'adolescence. Il y a «une corrélation significative entre son usage et des passages à l'acte (tentatives de suicide, boulimie, comportements sexuels à risque...)» dus à la levée d'inhibitions. Il peut également «précipiter» la survenue de troubles psychiatriques (anxieux, dépressifs, schizophrénie...).

Le rapport se penche aussi sur les jeux vidéo. Parmi les joueurs de 17 ans, 26% disent avoir rencontré au cours de l'année écoulée des problèmes à l'école ou au travail et environ 4% des problèmes d'argent, à cause d'un usage excessif qui peut aussi causer troubles du sommeil, irritabilité, anxiété, isolement ou baisse des performances scolaires.