Une nouvelle tempête s'apprête à déferler sur le Nord-Ouest

MÉTÉO ente-six départements étaient placés en alerte orange jeudi soir...

avec AFP

— 

Après la tempête Petra mardi, une nouvelle tempête hivernale s'apprête à déferler jeudi et vendredi sur un large tiers nord-ouest du pays, où 36 départements sont en alerte orange, voire rouge comme le Finistère, menacé de crues.
Après la tempête Petra mardi, une nouvelle tempête hivernale s'apprête à déferler jeudi et vendredi sur un large tiers nord-ouest du pays, où 36 départements sont en alerte orange, voire rouge comme le Finistère, menacé de crues. — Frank Perry AFP

Le tiers nord-ouest de la France s'apprêtait a affronter Qumeira, une nouvelle tempête hivernale dans la nuit de jeudi à vendredi, pas moins de 36 départements ayant été placés en alerte orange, voire rouge comme le Finistère, menacé de crues.

«Ce n'est a priori pas la tempête du siècle mais elle peut faire des dégâts», a prévenu jeudi un prévisionniste de Météo France, Etienne Kapikian.

Présentée comme l'un des points les plus exposés face à ces nouvelles intempéries, deux jours après la tempête Petra de mardi, Morlaix, petite ville encaissée de 15.500 habitants, dans le Finistère, était sur le pied de guerre jeudi soir. Face aux risques de débordement de ses deux cours d'eau, les commerçants ont barricadé leurs devantures à l'aide de sacs de sable et de planches en bois, et l'accès a la ville a été interdit aux automobiles.

«La situation est assez urgente pour qu'on arrête la circulation», a estimé Agnès Le Brun, maire de la ville, lors d'une réunion de crise a la mairie, précisant que les véhicules pourraient toutefois quitter la cité.

La région parisienne également en alerte

Tous les départements situés au nord-ouest d'une diagonale allant de la Charente-Maritime aux Ardennes, y compris la région parisienne, ont été placés en alerte.

Ce nouvel épisode tempétueux, avec des vents violents, de fortes précipitations sur des «sols déjà saturés» dans certains départements bretons et un phénomène de «vagues submersions» sur le littoral, doit forcir en cours de nuit et se poursuivre jusque vers 13h vendredi.

Outre la Bretagne, les Pays de la Loire, la Normandie, l'Ile-de-France, ainsi que les départements de la Charente-Maritime, des Deux-Sèvres, de la Vienne, d'Eure-et-Loir, d'Indre-et-Loire, de Loir-et-Cher et du Loiret, les régions Nord-Pas-de-Calais et Picardie, ainsi que les Ardennes et la Marne, ont été placés en alerte orange dans l'après-midi.

Des rafales de vent à 90/110 km/h dans les terres et 120 km/h sur les côtes sont attendues par Météo-France, qui prévoit des cumuls de pluie importants, de l'ordre de 30 à 50 mm, et localement 60 à 70 mm sur le nord du Finistère. De fortes vagues et une élévation du niveau de la mer risquent aussi de submerger des parties du littoral, fragilisé par les coups de vent qui se succèdent depuis le mois de décembre.

La tempête ne doit pas non plus laisser indemnes les Pyrénées-Atlantiques, où de rafales allant jusqu'à 190 km/h étaient redoutées à Iraty, en altitude.

Les pluies et le vent doivent s'intensifier sur la façade ouest avant de se décaler vers le nord-est vendredi matin.

Tempêtes en rafale

Dans le Finistère, outre Morlaix, où les niveaux des eaux peuvent être similaires, voire supérieurs à ceux de Noël, Quimperlé devait aussi connaître une crue de la Laïta comparable à celles de début janvier.

Des inondations étaient également attendues à Quimper ou à Pontivy (Morbihan), selon les préfectures.

Plus au sud, le pont de l'île de Noirmoutier (Vendée) a été fermé par précaution jeudi après-midi et le pont de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) était susceptible de l'être au cours de la nuit.

Qumeira suit de près la tempête Petra qui a déjà frappé la côte Atlantique mardi. En raison notamment de la houle, un cargo espagnol s'est encastré dans une digue à Anglet (Pyrénées-Atlantiques), se coupant en trois et entraînant une fuite de quelque 20 tonnes de carburant. Jusqu'à 40.000 personnes ont aussi été privées d'électricité, principalement en Bretagne.

Conséquence de la forte houle liée à Petra, des échouages de boulettes d'hydrocarbures ont été constatés jeudi sur des plages d'Erdeven, Quiberon et Belle-Ile (Morbihan), ainsi qu'à Noirmoutier.

Depuis le 15 décembre, cinq épisodes significatifs d'intempéries ont été recensés en Bretagne par la direction interrégionale Ouest de Météo-France à Rennes, selon un rapport provisoire.