Patrick Cohen accuse Schneidermann d'avoir «nourri la haine antisémite» à son égard

POLEMIQUE En réponse, Daniel Schneidermann a prévenu qu'il se défendrait de l'accusation jeudi sur son site...

avec AFP

— 

Le journaliste de France Inter Patrick Cohen, le 28 août 2013.
Le journaliste de France Inter Patrick Cohen, le 28 août 2013. — A. MEUNIER/SIPA

Le journaliste de France Inter Patrick Cohen a accusé mercredi le patron du site Arrêt sur Images Daniel Schneidermann d'avoir «nourri la haine antisémite» à son égard en publiant en mars 2013 une chronique intitulée «la liste de Patrick Cohen».

Dans Libération, Daniel Schneidermann critiquait Patrick Cohen pour avoir reproché à Frédéric Taddeï d'inviter dans son émission sur France 2 Tariq Ramadan, Dieudonné, Alain Soral et Marc-Edouard Nabe, des «proscrits» qui «ont dit des choses désagréables sur les juifs, Israël, ou le sionisme».

Les mois suivants, le polémiste Dieudonné avait dans son spectacle repris l'idée que Patrick Cohen avait une liste noire et disait regretter la disparition des chambres à gaz. Cette phrase a déclenché fin décembre l'ouverture d'une enquête du Parquet pour incitation à la haine raciale. Le spectacle a ensuite été interdit dans plusieurs villes.

«C'est bien votre chronique de Libération qui met le feu à la fachosphère»

En réponse à Daniel Schneidermann, dans une tribune mercredi sur le site du Nouvel Observateur, Patrick Cohen l'accuse d'être devenu un «héros des dieudonnistes». «C'est bien votre chronique de Libération qui met le feu à la fachosphère, ce sont vos phrases que Soral et Dieudonné répètent mot pour mot dans leurs premières vidéos du printemps 2013 appelant à des représailles contre moi», écrit Patrick Cohen.

En outre, l'animateur de la tranche matinale de France Inter se déclare «effaré et meurtri» par un récent sketch de l'humoriste Didier Porte, sur le site d'Arrêt sur Images, dans lequel il ironisait sur une critique de Patrick Cohen contre un sketch diffusé chez Laurent Ruquier évoquant Mohamed Merah: «Si Cohen est indigné, c'est parce que Merah a tué des enfants juifs. Mais Cohen ne le dit pas, il dit des enfants». «C'est bien connu, le juif est fourbe, ses indignations sont sélectives, et ses compassions purement communautaires», s'indigne Patrick Cohen.

Interrogé mercredi par l'AFP, Daniel Schneidermann a jugé ces attaques «infâmes» en soulignant que sa critique de mars 2013 était «strictement professionnelle», en promettant d'y répondre plus longuement sur son site jeudi. Il a estimé que Didier Porte était un humoriste et qu'il n'avait pas de commentaires à faire sur son billet.