Saint-Valentin : Le cœur des solitaires n'est pas en bonne santé

SANTE Les cardiologues alertent sur les risques de la solitude pour la santé cardio-vasculaire...

Audrey Chauvet

— 

80 000 femmes meurent chaque année en France d'un accident d'origine cardio-vasculaire.
80 000 femmes meurent chaque année en France d'un accident d'origine cardio-vasculaire. — R. B. LEVINE / NEWSCOM / SIPA

Les cœurs esseulés ont plus de risque de flancher que les autres: à l’occasion de la Saint-Valentin, la Fédération française de cardiologie (FFC) lance une alerte très sérieuse sur les risques de la solitude pour la santé cardio-vasculaire. D’après des études de chercheurs américains, les personnes seules ou n’ayant pas de relations sociales sont deux fois plus susceptibles de développer des pathologies graves que les personnes entourées.

Alimentation et isolement social

Plusieurs facteurs expliquent la prévalence des accidents cardio-vasculaires chez les personnes seules: «Souvent, elles s’alimentent mal, se font des plateaux-télé, achètent des plats tout prêts ou grignotent, explique le professeur Claire Mounier-Vehier, vice-présidente de la FFC. Parfois, la solitude peut aussi conduire à des comportements addictifs: boire un petit verre de vin pour se sentir mieux, fumer, nuisent à la santé du cœur.»

Pour les femmes s’occupant seules de leurs enfants, le risque est aussi de ne plus avoir le temps de pratiquer une activité physique ou de participer à des activités entre adultes, que ce soit les sorties entre amis, les cours de gym, les activités associatives… «Il est important pour elles de participer aux sorties de classe avec les enfants, de discuter avec les autres mamans à la sortie de l’école, cela recrée du lien social et diminue le risque de dépression, qui entraîne souvent une mauvaise santé cardio-vasculaire», explique le professeur Mounier-Vehier.

Discuter avec le boulanger… et plus si affinités

Le stress provoqué par un sentiment de mal-être est un facteur aggravant: «Lorsque les hormones de stress ne sont pas contrebalancées par la sécrétion d’hormones de bien-être, le système nerveux active la fréquence cardiaque et peut provoquer des palpitations, précise la cardiologue. Il agit aussi sur le métabolisme des sucres et des lipides, qui se dégrade et fait augmenter le mauvais cholestérol dans le sang.» Seule solution: trouver des activités en groupe qui permettent de se resocialiser, de sécréter des bonnes hormones grâce aux interactions avec les autres. «Pour les personnes âgées isolées, cela peut simplement être de participer à des thés dansants: on discute, on danse, on rit, et tout cela est très bon pour le cœur», conseille le professeur Mounier-Vehier.

Pour les plus jeunes, le bénévolat peut permettre de retrouver une bonne image de soi et donc aller vers plus de bien-être. Mais «discuter avec le boulanger ça suffit!, rappelle la cardiologue. Tout face à face positif qui permet de passer un bon moment est à saisir.» Et qui sait, ces discussions peuvent aboutir à des liens plus intimes: «Avoir des relations sexuelles régulièrement est une activité physique qui libération des endorphines relaxantes», note la cardiologue. L’amour est bon pour le cœur.