Cargo échoué à Anglet: Revivez en direct comme-à-la-maison les événements de la journée

avec AFP

— 

Un cargo s'est échoué à Anglet, près du port de Bayonne, le 5 février 2014.
Un cargo s'est échoué à Anglet, près du port de Bayonne, le 5 février 2014. — GAIZKA IROZ / AFP
>> Fin de ce live. Merci de nous avoir suivis. Retrouvez une synthèse des événements de la journée par ici.


17h10: Pour Frédéric Cuvillier les «risques de pollution massive sont a priori écartés»

Le ministre de la Mer, Frédéric Cuvillier, estime que «les risques de pollution massive sont a priori écartés» à la suite de l'échouage d'un cargo espagnol, brisé en deux sur une digue d'Anglet (Pyrénées-Atlantiques).

La pollution est pour l'instant «limitée, extrêmement limitée. Nous avons été inquiets lorsque nous avons eu connaissance de ce naufrage, mais les risques de pollution massive sont a priori écartés», a-t-il déclaré.

 

16h10 : Selon le pilote de l'hélicoptère, l'équipage était  «très apeuré»

Le commandant de l'hélicoptère ayant mené l'opération d'hélitreuillage des onze membres de l'équipage raconte que les marins étaient «très apeurés», au point qu'il a fallu plusieurs tentatives pour les évacuer.

«Tout l'équipage se trouvait sur une petite passerelle, à l'extérieur, à côté de la cabine de pilotage» du cargo, a-t-il poursuivi. «Le bateau gîtait beaucoup, avec une houle de six à huit mètres».

A la mi-journée, les conditions de mer se sont un peu améliorées et il est apparu que le bateau, déjà brisé en deux, commençait à se fissurer sous le poste de pilotage. Plusieurs sauveteurs-plongeurs ont pu accéder au cargo par le biais de cordages et ont finalement réussi «à les sortir un à un», pour être hélitreuillés a raconté le capitaine Bougault. «L'opération, a précisé le pilote, a duré quelque 45 minutes en tout».

Vers 15g l'équipage se trouvait dans un poste de premiers secours installé à la patinoire d'Anglet où ils étaient pris en charge par les médecins du Samu.
 



15h51: Le cargo était «en parfait état»
«Ce bateau était sorti de la révision quinquennale, où l'on remet en état général tant le moteur que la coque, et il en était sorti en parfait état», a expliqué Juan José Lopez Inoriza, sous-directeur du personnel de Naviera Murueta, société de transport maritime dont le siège est à Bilbao, au Pays basque espagnol.
Cette révision «s'était terminée avant-hier» (lundi), a-t-il précisé, niant que le cargo ait connu d'autres problèmes techniques avant son accident de mercredi matin.

14h57: Qu’est-il prévu pour lutter contre la pollution?
Les plans POLMAR (POLlution MARitime) permettent la mobilisation et la coordination des différents moyens de lutte contre les pollutions accidentelles du milieu marin.
Deux types d'intervention complémentaires -le plan POLMAR mer et le plan POLMAR terre- ont été institués en 1978, après la catastrophe de l'Amoco Cadiz qui avait répandu 228.000 tonnes de pétrole brut sur le littoral breton.
Depuis, des plans POLMAR ont été déclenchés plusieurs fois, notamment oeuvre lors de la spectaculaire marée noire causée par le naufrage de l'Erika, en décembre 1999, qui contenait dans ses soutes plus de 30.000 tonnes de fioul.

14h12: Le ministre se rend sur place
Le cabinet du ministre de la Mer Frédéric Cuvillier a indiqué que le ministre se rendrait sur place à 15h30.

14h10: La mer est démontée
Comme le prouve cette image relayée par un twitto


14h05: «La pollution n’est pas massive pour le moment»
D’après le sous-préfet de Bayonne, Patrick Dallennes, interrogé par RTL, «p
our le moment, la pollution n'est pas massive et importante… Il y a un risque en effet si les réservoirs se fissurent…». Il a expliqué à la station que du gasoil avait effectivement fui du navire, sans savoir «dans quelle proportion», ajoutant que «la plage a été souillée mais pour le moment il est très difficile d'intervenir pour lutter contre cette pollution parce que la houle est très très forte».


14h: Une équipe de dépollution doit arriver en début d'après-midi
Le centre d’expertises Pratiques de lutte antipollution (CEPPOL) se rend sur place avec
un hélicoptère de la marine nationale, pour expertiser la situation et envisager la suite
des opérations concernant le navire.

13h56: Tous les membres de l'équipage ont été évacués
«Tous les membres de l'équipage ont été hélitreuillés», a déclaré la mairie d'Anglet en précisant qu'ils étaient évacués vers l'hôpital de Bayonne. Le cargo qui s'est brisé vers 10h30 sur une digue de la plage des Cavaliers à Anglet avait à son bord 11 ou 12 membres d'équipage, onze selon la préfecture maritime et douze selon la mairie.

13h53: Les premières images du cargo échoué
Plusieurs vidéastes amateurs ont déjà saisi des images du cargo  échoué. 20 Minutes a compilé ces vidéos dans ce film:





13h50: Une avarie moteur à l'origine de l'accident
L'accident s'est produit vers 10h10 alors que le cargo se trouvait à l'entrée du port de Bayonne. Il a été victime d'une avarie moteur, selon la préfecture. Il s'est surtout produit dans un contexte de fortes intempéries et alors que l'ensemble de la façade atlantique était en alerte orange face au risque de «vagues-submersions» et de vents forts depuis le début de la matinée. 

13h49: Le spot préféré des surfeurs
La moitié du navire est encastré contre une digue de la plage d'Anglet, qui est l’un des spots préférés des surfeurs en France. L’autre moitié est quasiment échouée sur le rivage. 

13h43: Le plan Polmar a été déclenché
D’après l’AFP, la préfecture des Pyrénées-Atlantiques a déclenché le plan de lutte contre les pollutions maritimes (Polmar). Le navire, qui ne transporterait aucune cargaison, contiendrait 127 m3 de fioul. 

13h40: Cinq membres de l'équipage ont été hélitreuillés
Au total, onze personnes sont à bord du cargo, l’une d’entre elle est blessée. L'état de santé exact de ce membre d'équipage n'était pas connu et l'évacuation par hélitreuillage est rendue «très difficile» par un vent soufflant à quelque 110 km/h, indique la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

La préfecture des Pyrénées-Atlantiques a déclenché mercredi matin le plan de lutte contre les pollutions maritimes (Polmar) à la suite du naufrage d'un cargo espagnol qui a percuté une digue à Anglet où une opération visant à évacuer les onze membres d'équipage, dont un blessé, était en cours.

L'état de santé exact de ce membre d'équipage n'était pas connu et l'évacuation par hélitreuillage était rendue «très difficile» par un vent soufflant à quelque 110 km/h, a-t-on précisé de même source en ajoutant que le navire était vide et contenait 127 m3 de fioul. Une moitié du navire était encastrée contre une digue de la plage d'Anglet -un des spots préférés des surfeurs en France- et l'autre moitié était quasiment échouée sur le rivage, où une très forte houle avec des vagues d'au moins six mètres était visible.

L'accident s'est produit vers 10h10 alors que le cargo se trouvait à l'entrée du port de Bayonne, a été victime d'une avarie moteur, selon la préfecture. Il s'est surtout produit dans un contexte de fortes intempéries et alors que l'ensemble de la façade atlantique était en alerte orange face au risque de «vagues-submersions» et de vents forts depuis le début de la matinée.

Le cargo Luno a 100 mètres de long et bat pavillon espagnol, a précisé la préfecture maritime de l'Atlantique dans un communiqué. Selon la mairie d'Anglet, qui a pour sa part déclenché un «plan de sauvegarde», le cargo compterait au moins douze membres d'équipage. La mairie et la préfecture ont indiqué qu'un des marins était blessé mais ces sources ignoraient la gravité de sa ou ses blessures.

Vers midi une tentative d'évacuation était en cours par le biais d'un hélicoptère qui devait hélitreuiller les marins, opération rendue très difficile par le vent. Une équipe de dépollution doit arriver en début d'après-midi en provenance de Brest, a-t-on précisé à la préfecture, qui a ajouté que le navire ne transportait rien d'autre que le gasoil de sa cuve.