Pyrénées-Atlantiques: Un cargo s'échoue à Anglet

C. B. avec AFP

— 

Carte d'Anglet
Carte d'Anglet — idé/20 Minutes

La préfecture des Pyrénées-Atlantiques a déclenché mercredi matin le plan de lutte contre les pollutions maritimes (Polmar) à la suite du naufrage d'un cargo espagnol qui a percuté une digue à Anglet où une opération visant à évacuer onze membres de  l'équipage, dont un blessé, était en cours, a-t-elle indiqué.

L'état de santé exact de ce membre d'équipage n'était pas connu et l'évacuation par hélitreuillage était rendue «très difficile» par un vent soufflant à quelque 110 km/h, a-t-on précisé de même source en ajoutant que le navire était vide et contenait 127 m3 de fioul.

Odeur de mazout

Une moitié du navire était encastrée contre une digue de la plage d'Anglet -- un des spots préférés des surfeurs en France -- et l'autre moitié était quasiment échouée sur le rivage, où une très forte houle avec des vagues d'au moins six mètres était visible.

L'accident s'est produit vers 10h10 alors que le cargo se trouvait à l'entrée du port de Bayonne, a été victime d'une avarie moteur, selon la préfecture. Il s'est surtout produit dans un contexte de fortes intempéries et alors que l'ensemble de la façade atlantique était en alerte orange face au risque de «vagues-submersions» et de vents forts depuis le début de la matinée. Le cargo «Luno» a 100 mètres de long et bat pavillon espagnol, a précisé la préfecture maritime de l'Atlantique dans un communiqué.

Selon la mairie d'Anglet, qui a pour sa part déclenché un «plan de sauvegarde», le cargo compterait au moins douze membres d'équipage. La mairie et la préfecture ont indiqué qu'un des marins était blessé mais ces sources ignoraient la gravité de sa ou ses blessures. Vers midi une tentative d'évacuation était en cours par le biais d'un hélicoptère qui devait hélitreuiller les marins, opération rendue très difficile par le vent. Une équipe de dépollution doit arriver en début d'après-midi en provenance de Brest, a-t-on précisé à la préfecture, qui a ajouté que le navire ne transportait rien d'autre que le gasoil de sa cuve.