Loi Famille: Les associations gay fustigent la «mise au placard»

avec AFP

— 

Furieuses d'avoir appris lundi la «mise au placard» du projet de loi Famille, les associations homosexuelles regrettent le «manque de courage» du gouvernement et lui rappellent ses promesses.

«Il aura suffi de quelques vociférations haineuses pour que le Premier ministre annonce le report (et l'on peut craindre le retrait) du projet de loi sur la famille», commente, amère, l'Association des parents et futurs parents gay et lesbiens (AGPL), en référence à l'annonce du gouvernement faite au lendemain d'une Manif pour Tous opposée au projet de loi Famille.

«Cette dérive, ce recul, ce manque de courage politique et de cohérence» sont «de véritables trahisons pour les familles homoparentales», poursuit l'association, «mais aussi pour la majorité des familles et des enfants français».

Car aujourd'hui, souligne l'AGPL, «les familles ne sont plus seulement constituées d'une maman+un papa+un enfant, mais sont bien plus diversifiées (monoparentales, reconstituées, pluriparentales...)» et «le projet de loi famille prévoyait de tenir compte de cette diversité sociétale». L'AGPL demande à être reçue «pour discuter du calendrier effectif" du projet de loi.

SOS homophobie s'inquiète aussi «de cet énième report du projet de loi famille». «Encore une fois, les familles homoparentales et les lesbiennes sont oubliées», regrette l'association.

Comme SOS homophobie, l'Inter-LGBT, Fières et les Effronté-e-e-s rappellent au gouvernement et au président de la République ses promesses. Et certaines de ces associations en appellent aux parlementaires pour prendre l'initiative de la loi/

Elles semblent avoir été entendues puisque les députés socialistes mécontents vont déposer des propositions de loi sur plusieurs points qui auraient dû être abordés dans le projet de loi sur la famille, comme le statut des beaux-parents ou l'adoption, a appris mardi l'AFP de sources concordantes.

De son côté, la Manif pour Tous s'est réjouie d'une «première victoire» et reste mobilisée, exigeant notamment la «suspension de l'ABCD de l'égalité», expérimentation gouvernementale visant à lutter contre les stéréotypes filles/garçons à l'école.