Le gouvernement repousse encore une fois la loi Famille

Enora Ollivier

— 

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, le 31 janvier 2014 à Saint-Herblain, près de Nantes.
Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, le 31 janvier 2014 à Saint-Herblain, près de Nantes. — Sebastien Salom-Gomis/SIPA

Dominique Bertinotti, la ministre de la Famille, l%u2019assurait à 20 Minutes début novembre 2013: son texte est une «loi d%u2019apaisement». C%u2019était il y a trois mois, autant dire une éternité. Entre-temps, le projet a versé dans la rue des manifestants dénonçant la «familiophobie» du gouvernement et prenant pour cible ce texte %u2013entre autres. Ce lundi, Matignon a finalement annoncé que le gouvernement «ne présentera pas de projet de loi Famille cette année» car «les travaux préparatoires doivent se poursuivre».

La présidente de la Manif pour tous s%u2019est empressée de saluer  «une victoire», quand l%u2019annonce en a stupéfié quelques-uns dans la majorité. «Quelle pantalonnade!», réagit ainsi auprès de 20 Minutes le député écologiste Sergio Coronado. «Le gouvernement pense qu%u2019en cédant, il va apaiser la mobilisation alors qu%u2019il ne fait que la nourrir en donnant l%u2019impression que la rue peut dicter l%u2019agenda parlementaire», s%u2019agace-t-il.

La PMA déjà exclue de la loi sur le mariage pour tous

La loi Famille avait déjà fait l%u2019objet de reculades. Le texte, qui a pour ambition de traiter tous les sujets de filiation et notamment la question du statut du beau-parent, devait être observé au printemps 2013 puis avant la fin de cette même année, puis à l%u2019été 2014. Ce sera donc, au mieux, en 2015.

Au lendemain du défilé au cours duquel les manifestants ont dit leur rejet d%u2019une hypothétique légalisation de la GPA, Manuel Valls avait déjà tenté de calmer les récriminations en assurant qu%u2019aucun amendement dans ce sens ne serait observé dans la loi Famille. Idem pour l%u2019élargissement de la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de femmes. Le sujet avait déjà été exclu en 2013 de la loi sur le mariage pour tous%u2026 en échange de la promesse du gouvernement qu%u2019il serait observé dans la loi Famille. 

L%u2019intervention matinale du ministre de l%u2019Intérieur a provoqué un cafouillage dans la majorité. Bruno Le Roux, le chef de file des députés socialistes, a demandé à Manuel Valls de respecter «la règle du jeu» et d%u2019attendre l%u2019avis du Comité national d%u2019éthique qui doit rendre un avis sur la PMA cette année. Cette dernière, pour laquelle François Hollande s%u2019était dit favorable pendant sa campagne, apparaît décidément comme l%u2019épine sociétale dans le pied de son quinquennat.