Paris: Les violences aux personnes baissent peu, les atteintes aux biens explosent

William Molinié

— 

La police sur les Champs Elysées à Paris, le 3 octobre 2013.
La police sur les Champs Elysées à Paris, le 3 octobre 2013. — V. WARTNER / 20 MINUTES

Un tout petit peu moins de violences aux personnes mais beaucoup plus d’atteintes aux biens. Et surtout une explosion des cambriolages. Le bilan de la sécurité à Paris en 2013 est contrasté. Ce lundi matin, Bernard Boucault, le préfet de police, et François Molins, le procureur de la République, ont présenté l’évolution de la délinquance en 2013 dans la capitale. 20 Minutes a sélectionné ce qu’il fallait en retenir…

Faible baisse des violences aux personnes

Pour la deuxième année consécutive, les violences aux personnes baissent à Paris de 0,1%, surtout en raison de la baisse des coups et blessures volontaires (-2,49%) et du nombre d’homicides (37 en 2013 contre 41 en 2012). Les violences commises au sein du couple sont aussi en net recul (-10,41%). Par ailleurs, les vols à main armée sont en diminution de 3% avec un taux d’élucidation en hausse de 9 points, à 55,3%. Quant à la grande criminalité (règlements de compte, homicides crapuleux…), elle baisse de 8,4%.

Bernard Boucault s’est d’ailleurs félicité de l’interpellation, en décembre, des braqueurs de la place Vendôme et de ceux du secteur des Champs-Elysées. Autre fait notable, la baisse du nombre d’arrachages de colliers en or: -25% en 2013. Cette tendance sur le phénomène des montres de luxe est observée sur les premières semaines de l’année 2014.

Explosion des vols sans violence

En revanche, les atteintes aux biens ont augmenté de 10,6% à Paris en 2013. La courbe haussière est surtout due à l’explosion sur un an des cambriolages dans la capitale (+26%). Seule raison de se réjouir pour les policiers, le rythme de progression des cambriolages a été divisé par quatre en septembre et décembre. «Cette bonne tendance se poursuit sur les premières semaines de 2014», s’est réjoui le préfet. D’ailleurs, le nombre de mis en cause dans des affaires de cambriolages a progressé de 2,9% en 2013.

Délinquance roumaine en baisse

Le nombre de Roumains mis en cause à Paris est en baisse de 5%. Et de 8% pour les mineurs. En revanche, le nombre d’expulsions de Roumains en situation irrégulière a progressé de 47%. Les policiers ont démantelé 19 camps à Paris. Et 10 réseaux sont tombés grâce à l’action de la police judiciaire.

Les procédures pour proxénétisme sont elles, en hausse de 9%. Et les interpellations d’individus mis en cause dans des trafics de stupéfiants, de 8%.

L’activité dans les ZSP

Sur la zone de sécurité prioritaire (ZSP) du 19e, le nombre de toxicomanes dans les jardins d’Eole a «fortement baissé». Le préfet a noté une «transformation totale en quelques mois». Les quantités de cocaïne saisies ont été multipliées par 10 sur la zone. Les vols avec violence ont eux, baissé de 35%.

Dans le 18e, le nombre de mis en cause pour trafic de stupéfiants a augmenté de 24%. Ainsi que pour les ventes à la sauvette (+65%) et la prostitution (+50%). En un an, 56 débits de boissons ont été fermés.

Toujours plus de mineurs mis en cause

Le nombre de mineurs déférés au parquet de Paris a encore augmenté (3.292 en 2013, 2.900 en 2012 et 2.151 en 2011). Plus encore les mineurs étrangers isolés (2.157 en 2013, 1.898 en 2012, 647 en 2010). «L’évolution de ces trois dernières années démontre […] un rajeunissement de ces mineurs, puisque 145 d’entre eux avaient moins de 13 ans, ce qui s’oppose à toute sanction pénale», a indiqué François Molins.