VIDEOS. Grandes marées: Un spectacle «dantesque» sur l’île de Sein

INTEMPERIES Les vagues ont causé des dégâts matériels, principalement dans le Finistère...

E.O. avec AFP
— 
Une vague à l'Ile-Tudy, dans le Finistère, le 3 janvier 2014.
Une vague à l'Ile-Tudy, dans le Finistère, le 3 janvier 2014. — FRED TANNEAU / AFP

Un spectacle «dantesque» sur l'île de Sein, des baies vitrées qui explosent sous l'effet de vagues géantes à Douarnenez et à Roscoff : la grande marée de samedi soir, associée à une forte houle, a provoqué des dégâts matériels sur la façade atlantique, notamment dans le Finistère, sans toutefois faire de blessés.

Une scène filmée par un habitant de l’île de Sein:

 

Météo-France a mis fin à sa vigilance orange pour le risque de fortes vagues dans six départements de l'Ouest, après la pleine mer de ce dimanche matin, indique-t-elle sur son site internet.

«La vigilance orange vague-submersion n'est plus nécessaire» pour le Finistère, les Côtes-d'Armor, le Morbihan, la Loire-Atlantique, la Vendée et la Charente-Maritime, indique Météo France. Seules la Gironde, les Landes et les Pyrénées-Atlantiques restaient dimanche matin en orange face aux risques de «vagues-submersion».

Neuf baies vitrée de la clinique de Roscoff explosée

«C'est la première fois que je vois une mer comme ça, c'est énorme», a raconté à l'AFP Jean-Pierre Kerloc'h, le maire de l'île de Sein, balayée par la houle et des paquets de mer «énormes», et privée d'électricité. Décrivant un spectacle «dantesque», devant lequel «on se sent tout petit», l'élu a indiqué qu'une des deux gares maritimes de l'île finistérienne avait été «éclatée par un sac d'une tonne de sable placé pour la protéger, emporté comme un fétu de paille».

Un reportage de BFMTV:

Dans le Finistère, qui faisait l'objet d'une attention particulière des autorités en raison d'un épisode sévère de houle prévu en début de soirée, une baie vitrée de la thalasso de Douarnenez a explosé sous les coups d'une vague, occasionnant des dégâts relativement importants, a-t-on appris auprès de la préfecture.

Les fortes vagues ont également brisé neuf baies vitrées de la clinique de Roscoff, sans impact toutefois sur le fonctionnement de l'établissement, selon la même source. A Plouescat, une douzaine de personnes ont par ailleurs été évacuées préventivement.

50 mètres d’une digue de sable effondrés

Dans les Côtes-d'Armor, une douzaine de maisons ont été inondées par des vagues passées au-dessus de digues, dans le secteur de Plestin-les-Grèves, a indiqué la préfecture.

Un épisode «sèvère» de forte houle de nord-ouest, avec des vagues de huit mètres «en moyenne», avait été annoncé sur le littoral entre le Mont-Saint-Michel et la Vendée; un cocktail susceptible de provoquer «des événements un peu inquiétants», selon Françoise Souliman, préfète déléguée de la zone de Défense et de sécurité Ouest.

Plus au sud, à la pointe du Cap Ferret (Gironde), au moins 50 mètres d'une digue de sable se sont effondrés dans la mer samedi après-midi, sous l'effet de la houle et de la marée, a-t-on appris auprès des gendarmes, qui précisent qu'aucune habitation n'était menacée.

Huit maisons inondées dans les Landes

Dans les Landes, où on annonçait des vagues «de 4 à 5 m» depuis 18h samedi, «le point critique se situera (dimanche) matin», avec de «possibles vagues de 7 à 8 m» et un éventuel phénomène de «type mascaret» à Vieux-Boucau et Mimizan, selon la préfecture.

Les pompiers landais ont effectué de leur côté une soixantaine de sorties, notamment dans le secteur, arrosé par l'Adour, de Saint-Martin-de-Seignanx, à une dizaine de km au nord de Bayonne. Huit maisons ont été inondées et 22 personnes ont été évacuées par les pompiers.

La façade atlantique restait placée ce dimanche par Météo France en vigilance orange en raison de ces fortes vagues pouvant submerger, outre des portions du littoral breton et de la Manche, celui des Pyrénées-Atlantiques, des Landes, de la Gironde, de la Charente-Maritime, de la Loire-Atlantique et de la Vendée.